Situation des droits de l’Homme en Erythrée

32ème session du Groupe de travail de l’Examen périodique universel

Erythrée

Intervention de la France

Genève, 28 janvier 2019

La version prononcée fait foi.

Malgré quelques avancées en matière d’éducation et de santé, force est de constater que la situation dans le domaine des droits civils et politiques reste particulièrement préoccupante : les droits des Erythréens ne sont pas respectés en termes de liberté politique, syndicale, de conscience, d’opinion, d’expression, de réunion, d’association, et de religion.

Dans ce contexte, nous encourageons l’Erythrée à mettre en œuvre les recommandations suivantes :

• mettre fin au service national à durée indéfinie, qui ne trouve plus de justification depuis la normalisation des relations avec l’Ethiopie ;
• mettre fin aux arrestations arbitraires et aux détentions prolongées, sans inculpation et sans jugement, notamment pour des motifs politiques ;
• mettre fin aux disparitions forcées et ratifier la Convention des Nations unies sur les disparitions forcées ;
• coopérer pleinement avec les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales, notamment avec le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme en Erythrée ;
• abolir la peine de mort et, dans l’immédiat, réduire le nombre d’infractions passibles de la peine de mort.

Je vous remercie.

publié le 28/01/2019

haut de la page