Science, santé, climat et environnement

Le CERN, une réussite européenne

L’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, le CERN, est un centre de recherche européen de pointe dans le domaine de la physique des particules. Les retombées du CERN, en termes de rayonnement scientifique et économique, sont très importantes pour la France, qui assume - conjointement avec la Suisse - la responsabilité d’État hôte. La France est l’un des principaux contributeurs du CERN (14% du budget, soit environ 150 millions d’euros). L’un des projets phares du CERN est le LHC (Large Hadron Collider), un accélérateur de particules qui s’étend sur un diamètre de 27km sous les territoires français et suisse.

La France, acteur majeur en santé mondiale

Les principales organisations internationales œuvrant pour la santé mondiale ont leur siège à Genève : l’Organisation mondiale de la santé en est l’agence chef de file. Son action est complémentaire de celle du Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, d’Unitaid et de GAVI, l’Alliance du Vaccin.

Malgré les progrès considérables accomplis dans la lutte contre les pandémies (près de 17,5 millions de personnes ont accès aux antirétroviraux dans le monde, contre seulement 7,5 millions en 2010), les défis restent immenses. Chaque année, 2 millions de personnes sont infectées par le VIH et 1 million en meurent encore. La tuberculose a tué 1,6 million de personnes en 2016 et le paludisme a provoqué environ 445 000 décès en 2016.

L’engagement politique et financier de la France dans les fonds multilatéraux se poursuit à un niveau très élevé, avec plus de 500 millions d’euros par an. La France plaide parallèlement en faveur d’un élargissement de la base des donateurs publics et privés. Ce sera l’un des enjeux de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial qu’elle accueillera à Lyon en 2019.

La France a adopté une stratégie en santé mondiale pour les années 2017 – 2021 basée sur une approche transversale des enjeux de santé mondiale.

Fruit d’un travail avec l’ensemble des acteurs français de la santé, de la recherche et du développement, cette stratégie permettra de fédérer les énergies autour d’une ambition commune et de quatre grandes priorités :

- Renforcer les systèmes de santé tout en luttant contre les maladies ;
- Renforcer la sécurité sanitaire au niveau international ;
- Promouvoir la santé des populations ;
- Promouvoir l’expertise, la formation, la recherche et l’innovation françaises.

Environnement, biodiversité et déplacements liés au climat

La France soutient le travail de l’OMM qui est primordial dans le contexte du changement climatique.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) fournit des prévisions et des alertes précoces afin de permettre une meilleure gestion des risques et donc de prévenir les catastrophes naturelles et d’en atténuer les effets néfastes.

L’OMM joue un rôle de premier plan dans les actions internationales visant à assurer la surveillance et la protection de l’environnement. Elle attire l’attention de la communauté internationale sur l’appauvrissement de la couche d’ozone, la variabilité et l’évolution du climat et leurs conséquences, l’amenuisement des ressources en eau ainsi que la qualité de l’air et de l’eau.

Le groupe d’expert international sur le climat, le GIEC, est hébergé par l’OMM. 

La France accueillera le prochain Congrès mondial de la nature en 2020, en partenariat avec l’Union internationale pour la conservation de la nature

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a un mandat essentiel pour la préservation de l’environnement.

Elle a été fondée le 5 octobre 1948 à la suite d’une conférence internationale à Fontainebleau, en France et fête cette année ses 70 ans. L’UICN œuvre dans six grands domaines d’action, qui font chacun l’objet d’une commission :

- la sauvegarde des espèces
- le droit de l’environnement
- les aires protégées
- les politiques économiques et sociales
- la gestion des écosystèmes
- l’éducation et la communication sur la préservation de la nature

La France a pris la présidence de la Plateforme sur les déplacements liés aux catastrophes en juillet 2019.

La Plateforme sur les déplacements liés aux catastrophes (PDD) a pour objectif de mieux protéger les personnes déplacées dans un contexte de catastrophes et de changements climatiques.

D’après la Banque mondiale, il pourrait y avoir plus de 140 millions de déplacés climatiques internes dans le monde d’ici 2050.

La PDD permet de faire ce lien, plus que nécessaire, entre changement climatique et migrations.

La France est pleinement engagée sur ces deux défis. Elle mène une diplomatie environnementale active - comme en témoigne l’adoption de l’accord de Paris sur le climat - et elle soutient la mise en œuvre du Pacte mondial pour les migrations et du Pacte mondial sur les réfugiés adoptés l’année dernière par les États membres de l’ONU.

Sur le même sujet

OMS - Activité physique pour la santé

Lors de la 142ème session du Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la France a salué le projet de plan d’action mondial pour promouvoir l’activité physique 2018-2030 et la qualité des documents proposés par (...)

Retour en haut