Yémen - Situation humanitaire et droits humains

Yémen - Situation humanitaire et droits humains

42ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif sur le Yémen

Intervention de la France

Genève, 10 septembre 2019

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France remercie la Haut-Commissaire et le Groupe d’experts éminents pour ce rapport approfondi.

1/ La France est extrêmement préoccupée par la persistance des violations graves et répétées du droit international humanitaire et des droits de l’Homme par l’ensemble des parties au conflit. Ce constat accablant, un an après la publication du premier rapport, doit conduire l’ensemble des parties à respecter pleinement, et sans délai, les principes du droit international humanitaire – particulièrement les principes de proportionnalité et de protection des civils – et à mettre un terme aux atteintes aux droits de l’Homme que vous relevez, dont les femmes et les enfants sont comme toujours parmi les premières victimes.

2/ Alors que 24 millions de civils ont besoin d’aide humanitaire, nous condamnons dans les termes les plus forts le recours à la famine comme arme de guerre et le blocage de l’aide humanitaire relevés dans le rapport : ces actes sont intolérables et susceptibles de constituer un crime de guerre.

3/ La lutte contre l’impunité des auteurs des crimes commis au Yémen est un impératif. La France appelle toutes les parties à mener des enquêtes rapides, transparentes, indépendantes, impartiales, approfondies, crédibles et intégrant la situation des enfants et celle des femmes, sur toutes les violations et tous les crimes commis au Yémen, conformément aux normes internationales, et à traduire leurs auteurs en justice.

4/ La France prend note de l’ensemble des conclusions du rapport.
Nous appelons l’ensemble des parties à coopérer pleinement avec le Groupe d’experts éminents (GEE), y compris en permettant son accès au territoire yéménite. De même, la France soutient sans réserve les efforts de relance du processus politique déployés sous l’égide des Nations Unies. Il s’agit de reprendre, sans préalable, des négociations globales et inclusives en vue d’un règlement politique du conflit, seul moyen d’instaurer une paix durable et mettre un terme aux souffrances du peuple yéménite.

Dernière mise à jour le : 11 septembre 2019
Retour en haut