Un programme de développement durable pour 2030

A l’issue d’un important processus de négociation qui a duré plus de deux ans et s’est traduit par une participation sans précédent de la société civile, les 193 Etats membres de l’Assemblée générale de l’ONU se sont mis d’accord sur le projet de document final d’un programme ambitieux, comportant 17 nouveaux objectifs de développement durable (ODD). Ces objectifs auront pour but, d’ici l’année 2030, d’éradiquer l’extrême pauvreté et de promouvoir la prospérité et le bien-être des peuples, tout en protégeant l’environnement.

JPEG

Le consensus auquel sont parvenus les Etats est le résultant d’un processus véritablement ouvert, inclusif et transparent.

Le texte est à retrouver en anglais ici .

Plus de 150 chefs d’Etat et de gouvernement devraient prendre part au Sommet du développement durable qui aura lieu au siège de l’ONU à New York, du 25 au 27 septembre 2015, afin d’adopter formellement le document final.

Les Objectifs de Développement Durables (ODD) entendent aller encore plus loin que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), en s’attaquant aux causes profondes de la pauvreté et au besoin universel de développement durable pour tous les peuples.

Qualifiant l’éradication de la pauvreté d’objectif primordial du nouveau programme de développement, le texte intègre pleinement les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable et sera d’application universelle.

Les 17 ODD et 169 cibles que comporte le nouveau programme auront pour but de lutter contre les obstacles systémiques majeurs au développement durable, tels que l’inégalité, la consommation et les modes de production non durables, l’insuffisance des infrastructures et le manque d’emplois décents. La dimension environnementale du développement durable est également prise en compte dans les objectifs portant sur les océans et les ressources marines ainsi que sur les écosystèmes et la biodiversité. Des indicateurs devront élaborés d’ici mars 2016 afin de permettre un suivi réel qui sera global, régional et national.

L’équilibre global reflète les priorités défendues par la France depuis le début du processus : durabilité environnementale et climatique, enjeux liés au genre, santé et couverture santé universelle ; transparence ; villes durables. Par ailleurs, l’agenda fait le lien avec la Conférence d’Addis-Abeba dans la partie sur les moyens de mise en œuvre. Cette relation entre les deux processus permet d’incorporer à l’agenda les résultats satisfaisants obtenus dans le cadre d’Addis-Abeba.

En savoir plus sur la position de la France sur l’agenda post-2015 .

publié le 08/08/2015

haut de la page