Situation des droits humains en RDC

Situation des droits humains en RDC

42ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue renforcé sur le rapport de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme

Situation des droits de l’homme et activités du Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme en République démocratique du Congo

Intervention de la France

Genève, 25 septembre 2019

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président,
Madame la Haute-Commissaire,

La France vous remercie pour votre travail et votre intervention sur la situation des droits de l’Homme en République Démocratique du Congo.

L’élection du Président Tshisekedi a permis une amélioration de la situation des droits de l’Homme dans le pays. Les premières mesures qu’il a prises pour faciliter l’ouverture de l’espace démocratique et garantir le respect de la liberté de la presse sont autant de signaux positifs. La France invite les autorités congolaises à poursuivre leurs efforts dans ce sens, y compris sur le plan législatif.

Madame la Haute-Commissaire adjointe,

Malgré ces avancées, la situation reste particulièrement fragile, marquée par la persistance des atteintes aux libertés publiques et par la répression de manifestations pacifiques lors de la période post-électorale. La France est vivement préoccupée par la persistance des conflits intercommunautaires et des violences, notamment sexuelles, commises par les groupes armés et les forces armées congolaises. En conséquence, des milliers de personnes sont contraintes à l’exil, alors que l’épidémie Ebola qui sévit à l’Est rend les populations d’autant plus vulnérables.

Concernant la situation au centre du pays, la France réitère son soutien au travail de l’équipe d’experts internationaux sur les Kasaï et invite les autorités congolaises à poursuivre leur bonne collaboration avec ces derniers. Nous appelons également les autorités congolaises à prendre toutes les mesures pour mettre un terme aux violations des droits de l’Homme et pour que leurs auteurs soient traduits en justice.
La lutte contre l’impunité des auteurs de violations des droits de l’Homme est un aspect essentiel pour la paix et la stabilité en République Démocratique du Congo.

Enfin, concernant la situation à l’ouest du pays, la France salue le travail de la Commission Yumbi créée afin d’établir les responsabilités et traduire les auteurs présumés des massacres de décembre 2018 et encourage les autorités à donner une suite à ses conclusions.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 25 septembre 2019
Retour en haut