Situation des droits humains au Burundi

Situation des droits humains au Burundi

43ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif avec la Commission d’enquête internationale sur le Burundi

Intervention de la France

Genève, 9 mars 2020

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France vous remercie personnellement pour votre conduite humaniste des débats.
La France remercie la Commission d’enquête internationale pour son travail et lui renouvelle son soutien.

Les élections générales de mai 2020 doivent être l’occasion pour le Burundi de sortir définitivement de la crise qui persiste depuis 2015. La concrétisation de l’annonce du Président Nkurunziza, selon laquelle il ne chercherait pas à briguer un nouveau mandat, est une première étape. Elle doit être suivie de la tenue d’élections crédibles, inclusives et pacifiques et le travail de la Commission peut y contribuer. C’est pourquoi, dans ce contexte pré-électoral, la pleine coopération des autorités burundaises avec les organisations internationales et les mécanismes internationaux de protection des droits de l’Homme est plus que jamais essentielle.

Il est nécessaire de mettre fin aux graves violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Suivant les dernières conclusions de la Commission d’enquête, la France encourage les autorités burundaises à prendre toutes les mesures pour mettre un terme aux éventuelles exécutions sommaires, disparitions forcées, actes de torture et violences sexuelles, y compris les violations qui seraient commises par des membres du Service national de renseignement, de la police et des Imbonerakure. La France appelle les autorités à lutter efficacement contre l’impunité dont les auteurs de ces violations continuent de bénéficier afin de restaurer un climat de confiance à la veille des élections.

La France appelle également les autorités à garantir un accès humanitaire sûr et sans entrave, en respectant les principes humanitaires, afin de permettre aux organisations internationales d’apporter une assistance aux populations les plus vulnérables, y compris les déplacés internes et les réfugiés.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 18 mars 2020
Retour en haut