Situation des droits de l’Homme en Somalie

36ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue avec l’expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme en Somalie

Intervention de la France

Genève, le mercredi 27 septembre 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

La France remercie l’expert indépendant pour son rapport sur la situation des droits de l’Homme en Somalie.

Depuis le précédent dialogue interactif, des progrès ont été accomplis dans la consolidation de l’Etat somalien et le renforcement de ses capacités. Nous saluons la bonne tenue du processus électoral qui a conduit à l’élection du Président Farmaajo ainsi que la tenue de la conférence de Londres de mai dernier, qui a établi une feuille de route pour la Somalie, y compris en matière de droits de l’Homme.

La France prend en compte les difficultés auxquelles l’Etat somalien est confronté et appelle le gouvernement somalien à poursuivre ses efforts pour améliorer la situation des droits de l’Homme dans le pays.

La lutte contre l’impunité doit être une priorité du gouvernement. Elle est indispensable à la stabilisation durable du pays : il faut que tous les responsables de violations des droits de l’Homme répondent de leurs actes devant la justice. Le renforcement du système judiciaire constitue à cet égard une priorité.

Nous encourageons également le gouvernement à mettre en place rapidement la commission nationale des droits de l’Homme et à la doter des ressources nécessaires.

Les civils continuent d’être les victimes de graves violations des droits de l’Homme, parmi lesquelles des violences sexuelles et des cas d’enrôlement d’enfants. La France encourage le gouvernement somalien à renforcer la mise en œuvre des plans d’action adoptés pour lutter contre ces crimes. Nous nous associons également à la recommandation de l’Expert indépendant de ratifier la convention pour l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes.

Les attaques contre les journalistes et les atteintes à la liberté de la presse mentionnées par l’expert sont très préoccupantes. Le plein respect de la liberté de la presse est essentiel pour promouvoir une culture démocratique dans le pays. La France appelle les autorités somaliennes à veiller à ce que les journalistes puissent exercer librement leur activité.

Enfin, la France est favorable à l’adoption par ce Conseil d’une résolution renouvelant le mandat de l’expert indépendant, afin de continuer à assurer un suivi et à accompagner les autorités dans leurs efforts pour améliorer la situation des droits de l’Homme.

Je vous remercie./.

publié le 27/09/2017

haut de la page