Situation des droits de l’Homme en Guinée équatoriale

Situation des droits de l'Homme en Guinée équatoriale

33ème session de l’Examen périodique universel

Guinée équatoriale

Intervention de la France

Genève, 13 mai 2019

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président.

Je remercie la délégation équato-guinéenne pour la présentation de son rapport.

La France est préoccupée par la situation des droits de l’Homme en Guinée équatoriale, compte tenu de la fermeture de l’espace politique, des entraves à l’action de la société civile et de l’insuffisance des services sociaux. Elle salue en revanche l’annonce du Président Obiang d’une abolition prochaine de la peine de mort.

Dans ce contexte, la France adresse les recommandations suivantes à la Guinée équatoriale :

- Procéder comme annoncé à l’abolition de la peine de mort, en révisant la Constitution et en ratifiant le Deuxième protocole au Pacte international sur les droits civils et politiques relatifs à l’abolition de la peine de mort ;

- Adopter des mesures visant à permettre aux ONG et aux défenseurs des droits de l’Homme de travailler en toute sécurité et de mener leurs actions en toute indépendance ;

- Garantir le droit à un procès équitable en assurant l’indépendance de la justice ;

- Mettre fin à la détention en dehors de tout cadre légal en mettant en place un organe indépendant de contrôle des lieux de privation de liberté ;

- Lutter efficacement contre l’impunité, notamment pour les actes de torture et les violences sexuelles, y compris lorsque ces actes sont perpétrés par des forces de l’ordre ;

- Garantir le droit à l’éducation et à la santé, notamment des enfants, y compris en mettant fin à la politique de déscolarisation des mineures enceintes.

Dernière mise à jour le : 22 juillet 2019
Retour en haut