Situation des droits de l’Homme au Soudan

41ème session du Conseil des Droits de l’Homme

Dialogue renforcé sur la situation des droits de l’Homme au Soudan

Intervention de la France

Genève, 9 Juillet 2019

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne et remercie le Haut-Commissariat pour sa présentation.

La France tient tout d’abord à saluer l’accord entre le Conseil militaire de transition (CMT) et l’opposition, annoncé le 4 juillet par la médiation de l’Union africaine et de l’Ethiopie et les encourage à le mettre en œuvre dans les meilleurs délais. Elle invite toutes les parties soudanaises à s’abstenir de toute action violente qui pourrait entacher la transition pacifique à laquelle aspire le peuple soudanais.

L’ampleur des violations des droits de l’Homme qui persistent au Soudan reste préoccupante. La France condamne fermement les violences commises dans la répression des manifestations, notamment les 3 et 30 juin derniers et demande que leurs auteurs en répondent devant la justice. Elle invite à cet égard à la mise en œuvre rapide de l’enquête transparente et indépendante dont sont convenues les parties soudanaises. Elle appelle les autorités militaires actuelles à assurer le respect de la liberté d’expression, y compris sur Internet, et de la liberté d’association et de rassemblement pacifique, condition sine qua non d’une transition inclusive et pérenne.

La France appelle les autorités soudanaises et le Service national de renseignement et de sécurité à mettre fin aux exécutions extrajudiciaires, détentions arbitraires et disparitions forcées, ainsi qu’aux graves violations des droits des femmes.

La France est également préoccupée par l’augmentation des tensions et des actes de violence au Darfour et appelle à tout mettre en œuvre pour éviter que cette région, qui reste très fragile, ne s’embrase à nouveau. Elle souhaite rappeler l’importance de lutter contre l’impunité au Darfour et l’obligation pour toutes les parties au conflit de coopérer pleinement avec la Cour pénale internationale.

Je vous remercie.

publié le 09/07/2019

haut de la page