Situation des droits de l’Homme au Soudan

36ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif avec l’expert indépendant
sur la situation des droits de l’Homme au Soudan

Intervention de la France

Genève, le mercredi 27 septembre 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Elle remercie l’expert indépendant, pour la présentation de son rapport.

La France prend note des actions mises en œuvre par le gouvernement soudanais pour donner suite aux recommandations formulées par l’Expert indépendant dans son précédent rapport. La France considère néanmoins que ces progrès sont insuffisants au vu de l’ampleur des violations des droits de l’Homme qui persistent au Soudan.

Pour cette raison, la France soutient le renouvellement du mandat de l’Expert indépendant, qui joue un rôle essentiel d’évaluation de la situation des droits de l’Homme au Soudan. Ce suivi, ainsi que celui assuré par le Conseil des droits de l’Homme, continue d’être fondamental et nécessaire.

Dans les régions touchées par des conflits, particulièrement au Darfour, au Sud-Kordofan et au Nil bleu, des violations massives des droits de l’Homme et du droit international humanitaire continuent d’être commises en toute impunité. La France partage la préoccupation de l’expert indépendant face à l’augmentation des violations des droits de l’Homme à l’encontre des civils au Darfour.

La France appelle le gouvernement soudanais à mettre un terme aux attaques indiscriminées contre les civils, qui persistent en dépit de la déclaration unilatérale de cessez-le-feu proclamée par les autorités.

Elle rappelle que la responsabilité première de faire respecter les droits de l’Homme et de protection de la population relève l’Etat.

La France appelle également le gouvernement soudanais à garantir un accès sûr, rapide et sans entrave de l’aide humanitaire.

La France est également préoccupée par les nombreux cas rapportés d’arrestations et de détentions arbitraires, par l’usage de la torture ainsi que par l’usage excessif de la force à l’encontre de manifestants.

Elle appelle le gouvernement à faire cesser le harcèlement et les intimidations à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes et à garantir la liberté d’expression.

La lutte contre l’impunité doit être engagée sans délai et avec détermination par les autorités soudanaises, conformément aux engagements internationaux qu’elles ont pris.

La France note que l’expert indépendant a pu bénéficier de la coopération du gouvernement pour ses visites de terrain. Elle appelle les autorités soudanaises à poursuivre ses efforts en ce sens et lui demande de pleinement coopérer avec la MINUAD, afin que celle-ci puisse accomplir pleinement son mandat, notamment en matière de droits de l’Homme.

Je vous remercie./.

publié le 28/09/2017

haut de la page