Réunion de Genève sur la question du programme nucléaire de l’Iran

Le représentant européen Javier Solana accompagné des directeurs politiques des six a rencontré jeudi 1er octobre à Genève le négociateur iranien Saïd Jalili au sujet du programme nucléaire de l’Iran.

Cette rencontre faisait suite à la réunion à New York le 23 septembre en marge de l’Assemblée générale des Nations unies des ministres des Affaires étrangères des six appelant l’Iran à répondre aux demandes de la communauté internationale sur son programme nucléaire et à engager des négociations. Cette rencontre est également intervenue dans le contexte de la révélation, la semaine dernière, de l’existence d’un deuxième site iranien clandestin d’enrichissement.

Cette réunion a permis aux six de rappeler leur proposition fondée sur le principe du "gel contre gel", comme étape préalable à la suspension, pour engager les négociations ainsi que leur demande d’une pleine coopération de l’Iran avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) notamment sur le site de Qom.

Comme l’a rappelé hier Javier Solana, il a été convenu à l’issue de cette rencontre :

-qu’une nouvelle réunion consacrée au programme nucléaire iranien entre l’Iran et les six se tiendrait avant la fin du mois d’octobre ;

-l’Iran a indiqué son intention de coopérer pleinement avec l’AIEA sur le site de Qom et que des inspecteurs de l’AIEA se rendraient rapidement en Iran. Les six souhaitent que cette inspection intervienne dans les 15 prochains jours ;

-il a été convenu que l’uranium faiblement enrichi en Iran serait exporté en dehors de ce pays pour y être enrichi et transformé en combustible destiné au réacteur de recherche de Téhéran (TRR) sous le contrôle et les garanties de l’AIEA. Une réunion d’experts à ce sujet se tiendra le 18 octobre à Vienne. La France s’y associera.

A l’occasion de cette réunion à Genève, un certain nombre d’intentions ont été exprimées.

Nous souhaitons, comme l’a rappelé le président de la République à l’occasion du sommet de Pittsburgh la semaine dernière, que sur son programme nucléaire l’Iran réponde d’ici le mois de décembre par des actes concrets aux demandes et aux questions de la communauté internationale.

C’est un pas dans la bonne direction. Ces résultats devront être jugés à l’épreuve des faits.

C’est également le message du président Obama hier après la rencontre.

publié le 04/11/2009

haut de la page