Retour sur la première conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé (Genève, 1er novembre)

La première conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé s’est tenue à Genève du 30 octobre au 1er novembre. Le dernier jour était consacré à la session de haut niveau, et a rassemblée plusieurs dignitaires, ministres, et directeurs d’agences ou organisations internationales.

Cette conférence visait à un partage des connaissances et des meilleures pratiques à tous les niveaux - international, national et local - afin d’améliorer la qualité de l’air et réduire les risques sur la santé d’un air pollué.

La conférence a rassemblé plus de 800 participants représentant des Etats, élus locaux, ONG et autre membres de la société civile. Ces participants ont pu définir des engagements volontaires pour agir en faveur d’un air plus propre. Les participants à la conférence ont souligné l’importance d’une mobilité urbaine propre, d’une énergie domestique saine et de l’amélioration de la qualité de l’air sur le lieu de travail, notamment dans le secteur de la santé.

La conférence permis de souligner plusieurs messages clés :

-  Les données scientifiques démontrent les effets de la pollution de l’air sur la santé, et doivent informer les décisions politiques ;

-  Les législations (nationales, régionales, locales) mises en place restent un des moyens les plus efficace pour favoriser un air plus propre ;

-  Le secteur de la santé peut jouer un rôle moteur dans la réduction de la pollution de l’air, mais une approche multisectorielle reste essentielle (transports, energie, industrie, etc.) ;

-  L’engagement direct des individus est nécessaire pour garantir une transformation. L’éducation et la sensibilisation aux risques liées à la pollution de l’air revêt donc une importance particulière ;

-  La pollution de l’air est un problème mondial, mais qui affecte les populations de manière différente selon leurs niveaux de vie, leurs géographies ou leurs accès à l’énergie.

JPEG

Une conférence soutenue par la France

Cette conférence, co-financée par la France, a permis d’affirmer une nouvelle fois l’importance de la lutte contre la pollution de l’air au niveau international. Elle a donné un écho international aux priorités du gouvernement en faveur de l’amélioration de la qualité de l’air, de la lutte contre le changement climatique et de la prévention contre les risques environnementaux de la santé de la Stratégie nationale de santé 2018-2022.

publié le 02/11/2018

haut de la page