Rencontre informelle des fonctionnaires internationaux français autour de M. Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC

Une rencontre informelle entre les fonctionnaires internationaux français et M. Pascal Lamy, directeur général de l’OMC, a été organisée le mardi 29 septembre dernier par Mme Geneviève Féraud avec le soutien de la Mission Permanente de la France, pour animer la communauté des fonctionnaires internationaux français en poste à Genève, en leur permettant de se retrouver autour d’un thème d’actualité pour réfléchir et échanger.

C’est dans ce cadre que M. Pascal Lamy, Directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce, a très aimablement accepté de venir partager avec eux, à la Mission permanente de la France, son analyse de l’impact de la crise économique sur les organisations internationales.

Après les paroles de bienvenue de M. l’Ambassadeur Mattei, Représentant permanent de la France auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et de Mme Geneviève Féraud, M. Pascal Lamy a introduit le sujet de la crise financière au lendemain du sommet du G20 à Pittsburgh et du rôle des organisations internationales.

M. Lamy a indiqué que la crise financière dans laquelle le monde est actuellement plongé est une crise de gouvernance globale dont l’origine se trouve notamment dans l’absence de régulations des activités financières, sujet débattu depuis de nombreuses années dans les instances internationales, et que la crise a remis au goût du jour avec la création du Conseil de stabilité financière. La crise financière a également donné lieu l’émergence du G20.

Sur les conséquences de la crise financière sur l’emploi, M. Lamy a estimé que même si l’on assistait à une reprise de l’économie, il faudrait un minimum de temps avant que les effets ne se fassent sentir sur le marché de l’emploi.

M. Lamy a également évoqué un système triangulaire de gouvernance globale dont le leadership politique serait assuré par le G20, les régulations adoptées et mises en oeuvre par les agences internationales spécialisées et la coordination assurée par le Système des Nations Unies.

M. Pascal Lamy a conclu par deux questions ouvertes : « la crise financière va t’elle aboutir à un changement dans le modèle de développement ? » et « la crise financière va t’elle déboucher sur une dé-globalisation ? ». Sur le premier point, elle démontre l’échec du modèle actuel et son impact négatif sur l’humain et l’environnement. Le sommet de Copenhague sur le climat de décembre 2009 devra trouver un consensus pour une croissance respectueuse des contraintes environnementales, tout en prenant en compte les inégalités de développement actuelles, accentuées par la crise.

Sur le deuxième point, M. Lamy a souligné que la technologie constituera toujours un facteur d’accélération de la globalisation, mais que l’activité financière pourrait se voir transformée. Les pays émergents acquerront plus de puissance et le monde assistera à l’émergence d’une globalisation Sud-Sud. Malgré les tensions, les attitudes politiques et culturelles généralement favorables à la globalisation, notamment dans les pays du Sud, ne devraient pas changer.

Le débat s’est ensuite poursuivi avec l’assistance sur des thèmes aussi variés que la coordination de la gestion de la crise entre les organisations internationales, la cohérence entre les politiques nationales et internationales, la création d’un « conseil de sécurité économique » et l’émergence d’une autorité environnementale mondiale.

La rencontre s’est conclue par un pot de l’amitié offert par la Mission Permanente de la France.

* * * * * *

==> Pour en savoir plus :

- Biographie de M. Pascal Lamy

- Site internet de l’OMC

- Action de la France relative à la crise financière internationale

publié le 12/11/2009

haut de la page