Protection des journalistes et sécurité en ligne - Evénement (16/06/2016)

La Mission permanente de la France auprès des Nations Unies à Genève s’est associée à l’ONG « Article 19 » autour d’un évènement sur la protection des journalistes et leur sécurité en ligne.

Cet évènement se tient au Palais des Nations, à Genève, jeudi 16 juin 2016, dans le cadre de la 32e session du Conseil des droits de l’Homme.

JPEG

En 2014, selon les chiffres de Reporters sans Frontières (RSF), ce sont 66 journalistes, 11 collaborateurs, et 19 citoyens-journalistes qui ont été tués. Depuis 2008, 665 journalistes ont été assassinés dans l’exercice de leur métier. Des centaines d’autres sont emprisonnés, parfois torturés.

La liberté d’expression et la liberté d’opinion font aujourd’hui l’objet de menaces croissantes. Dans un contexte de multiplication des crises, les journalistes sont de plus en plus des cibles. En 2013, parmi les journalistes tués, quatre sur dix ont été victimes de conflits. Mais l’enjeu de la protection de la liberté d’expression et de la liberté de la presse n’est pas limité aux situations de conflit et aux actes terroristes. Dans de nombreuses régions se développent des mesures législatives ou réglementaires qui restreignent abusivement la liberté d’expression, en favorisant l’ingérence de l’État contre l’indépendance éditoriale des médias. Différentes normes, notamment sur la pénalisation de la diffamation des religions, sur l’état d’urgence ou au prétexte de la lutte contre le terrorisme, sont utilisées pour interdire toute critique et justifier la fermeture de médias. Dans ce contexte, la question de la protection des journalistes et la lutte contre l’impunité sont des enjeux centraux de la liberté de la presse, alors que près de 90% des crimes commis contre les journalistes restent impunis.

La liberté d’expression est notamment reconnue à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et aux articles 19 et 20 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966. Elle s’exerce sous toutes ses formes. Elle constitue un des piliers des sociétés démocratiques stables et garantit d’autres droits qui en découlent.

La France est attachée à la défense de la liberté d’expression y compris sur Internet.
Internet constitue aujourd’hui un moyen planétaire de diffusion de l’information et des opinions qu’exploitent notamment les mouvements d’opposition, les défenseurs des droits de l’Homme et les journalistes. Mais Internet est également véhicule de propagande haineuse, de matériels susceptibles d’atteindre la morale et la santé publiques ainsi que la sécurité des États. Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’opinion et d’expression, ainsi que le Rapporteur spécial sur la liberté des médias de l’OSCE intègrent cette problématique dans leurs enquêtes et leurs recommandations.

C’est dans le but de défendre les plus hauts standards de protection de ces droits que la France présente sa candidature au Conseil des droits de l’Homme pour le mandat 2018-2020.

En savoir plus sur la France et la liberté d’expression et d’opinion.

publié le 16/06/2016

haut de la page