Promotion des droits sexuels et reproductifs – Un enjeu majeur

Comité Politiques et coordination du Programme conjoint de recherche en santé sexuelle et reproductive de l’OMS, FNUAP, UNICEF, PNUD et Banque mondiale

Point 2 – Observations de la Sous-directice générale, Groupe Santé de la famille, de la femme et de l’enfant de l’OMS

Intervention de la France

Genève, le 20 mars 2018

La version prononcée fait foi.

Madame la Sous-Directrice générale, Monsieur le Directeur du Programme conjoint de recherche,

Chers collègues,

La France remercie la Sous-Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Directeur du Programme conjoint de recherche en santé sexuelle et reproductive pour l’invitation à cette 31ème session du Comité Politiques et coordination du Programme conjoint.

La France tient à saluer les progrès accomplis par le Programme depuis le dernier comité de juin 2017. A l’heure où la santé et les droits sexuels et reproductifs sont de plus en plus régulièrement remis en cause, à l’heure où l’obscurantisme veut tenir lieu de science, les efforts de recherche concernant la santé sexuelle et reproductive doivent se poursuivre pour disposer de données factuelles, scientifiques et incontestables sur les bénéfices des interventions en santé sexuelle et reproductive. Il en va de la préservation de la santé et des droits des femmes.

La santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des jeunes constituent un levier essentiel pour l’atteinte des objectifs de développement durable, en particulier les objectifs relatifs à la santé et à l’égalité des sexes. En ce sens, nous appelons l’OMS et le Programme conjoint de recherche à jouer un rôle moteur dans la promotion de ces droits et nous espérons que ces droits continueront d’occuper une place centrale dans leurs actions.

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars dernier, la France a lancé sa nouvelle stratégie internationale pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour les cinq prochaines années. Reflet d’une diplomatie féministe, elle met les droits des femmes et l’approche par le genre au cœur de l’action extérieure de la France.

Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes l’a rappelé avec force la semaine dernière lors de la Commission de la condition de la femme à New York : à l’heure où les droits sexuels et reproductifs sont remis en cause, «  la France, pour sa part, restera fidèle à l’héritage de Simone Veil et continuera de défendre partout, toujours, les droits sexuels et reproductifs . ».

Je vous remercie./.

publié le 20/03/2018

haut de la page