Prévention et maîtrise des maladies non-transmissibles

Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé - 142ème session

Point 3.8 - Préparation de la 3ème réunion de haut niveau de l’AGNU sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles

Intervention de la France

Genève, le jeudi 25 janvier 2018

La version prononcée fait foi.

Merci, Monsieur le Président.

La France s’associe à la déclaration prononcée au nom de l’Union Européenne et remercie le Secrétariat pour son rapport.

La France soutient les travaux de l’OMS en préparation de la réunion de haut niveau de l’AGNU et salue la feuille de route élaborée à Montevideo qui permettra d’en nourrir les travaux.

Sur le rapport, la France s’interroge sur le choix des « buts spécifiques à atteindre d’ici à 2023 » sur lesquels l’OMS propose de mettre l’accent. Nous souhaiterions bénéficier d’informations sur la façon dont ils ont été définis. La France est favorable à un alignement de l’action de l’OMS sur les 9 cibles volontaires mondiales, qui comprennent notamment la lutte contre le diabète, le cancer, ou encore les maladies cardiovasculaires.

La France a inscrit les actions de prévention et de promotion de la santé, en particulier à destination des jeunes, au coeur de sa nouvelle stratégie nationale de santé 2018-2022. Pour lutter contre les maladies non transmissibles, la France s’attache à agir sur les facteurs de risque et déterminants de la santé, qu’ils soient individuels, environnementaux, sociaux ou économiques.

Sur ces enjeux, la France a pris des mesures actives au cours des derniers mois. Poursuivant l’objectif d’une génération sans tabac, la France a mis en place le paquet neutre en 2016, et engagé, depuis 2017, des mesures de taxation supplémentaires sur le tabac afin d’inciter à l’augmentation du prix du tabac et d’alimenter un fonds de lutte contre le tabac. La France a également mis en place un logo d’étiquetage nutritionnel qui vise à simplifier l’information nutritionnelle des aliments et à faciliter le choix du consommateur. Cela a déjà amené certaines entreprises à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits.

Monsieur le Président, la lutte contre les maladies non transmissibles exige une réponse interministérielle et, au-delà, intersectorielle mobilisant plusieurs partenaires : la France salue la référence au mécanisme mondial de coordination dans le projet de programme général de travail.

La France invite l’OMS à travailler avec persévérance et audace sur ce sujet en vue de la réunion de haut niveau de l’AGNU, et sera mobilisée à ses côtés.

Je vous remercie./.

publié le 29/01/2018

haut de la page