Pour une approche de la santé basée sur les droits humains

En marge de la 70ème session de l’Assemblée mondiale de la santé, la France a parrainé un évènement sur la santé et les droits humains des femmes, enfants et adolescents.

PNG

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) ont créé un groupe de travail en mai 2016. Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie mondiale 2016-2030 pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent, ce groupe de travail a pour but d’assurer un soutien politique, au niveau national comme international, à une approche basée sur les droits humains.

L’évènement, organisé par la Mission permanente de l’Uruguay auprès des Nations unies à Genève, avait pour objectif de présenter le travail du groupe de haut niveau sur la santé et les droits des femmes, enfants et adolescents, qui vient de publier son rapport.

JPEG

Ce groupe de travail propose notamment des pistes de collaboration renforcées entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH).

La France s’est engagée en faveur de la santé des enfants, des adolescents et des femmes, depuis de nombreuses années. Elle a notamment augmenté sa contribution à la santé maternelle et infantile de près de 500 millions d’euros de 2011 à 2016 dans le cadre de l’initiative Muskoka.

A l’occasion de cet évènement, la France a rappelé l’importance d’une approche de la santé fondée sur les droits humains. Dans ce contexte, elle a rappelé son engagement en faveur de l’ensemble des droits humains, y compris les droits sexuels et reproductifs.

La France défend invariablement le respect de ces droits dans toutes les enceintes internationales compétentes.

publié le 22/05/2017

haut de la page