Pour la protection du patrimoine dans les conflits armés

L’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH) a tenu le 5 mai 2017 son premier Conseil d’administration à la Représentation permanente de la France auprès des Nations unies à Genève.

JPEG

Cette alliance est le fruit de l’initiative commune prise par le Président de la République française M. François Hollande, et par le Prince héritier des Émirats Arabes Unis, Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyan, afin de donner à la communauté internationale les moyens d’agir efficacement en faveur de la protection du patrimoine menacé par les conflits armés. Elle s’était traduite par l’organisation de la Conférence internationale d’Abou Dabi, les 2 et 3 décembre 2016.

Cette réunion du Conseil d’administration a réunit autour de Jack Lang, représentant spécial du Président de la République française dans cette initiative et désormais représentant de la France au sein du Conseil d’ALIPH, Mohamed Al-Mubarak, président de l’Autorité émirienne de la Culture et du Tourisme, représentant des Émirats Arabes Unis, les représentants des États donateurs, des donateurs privés et des personnalités qualifiées membres du Conseil. Elle donne le coup d’envoi de l’activité de l’Alliance.

Cette fondation a été créée le 8 mars à Genève, dans la continuité de la conférence internationale pour la protection du patrimoine en péril, réunie à Abou Dabi les 2 et 3 décembre 2016. Elle a pris la forme d’une fondation de droit suisse, a d’ores et déjà récolté des promesses de dons à hauteur de 77 millions de dollars le 20 mars au Louvre à Paris.

Les pays donateurs représentés au Conseil de fondation sont, outre les deux États fondateurs, France et Émirats Arabes Unis, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Luxembourg et le Maroc. La Chine et la Corée du sud ont, en outre, publiquement exprimé leur soutien et leur volonté de contribuer financièrement au fonds lors de la conférence du Louvre.

La réunion du Conseil de fondation a pour objet de permettre l’adoption du règlement intérieur de la fondation et le lancement des actions visant à rendre la fondation entièrement opérationnelle, par la constitution d’une équipe permanente, le choix d’un établissement bancaire et le recherche de locaux pour son personnel et pour son siège genevois.

Le Conseil de la fondation s’est fixé comme objectif de se doter de tous les moyens de son fonctionnement d’ici l’automne, afin d’être en mesure d’examiner les premiers projets de protection du patrimoine avant la fin de l’année 2017.

publié le 05/05/2017

haut de la page