Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a présenté mi-janvier son Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent.

JPEG
Dans ce plan d’action, il est recommandé à chaque État Membre d’élaborer sa propre stratégie nationale de prévention de l’extrémisme violent, articulée autour de sept axes prioritaires :
- 1. Le dialogue et la prévention des conflits,
- 2. Le renforcement de la bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme,
- 3. L’implication des populations,
- 4. La mobilisation des jeunes,
- 5. L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes,
- 6. L’éducation, le renforcement des compétences et la facilitation de l’accès à l’emploi,
- 7. La communication stratégique, y compris sur internet et les réseaux sociaux.

Ce plan vise à unir et mieux coordonner les efforts menés par les Etats membres et les Nations unies, aux plans national, régional et international pour faire face à ce phénomène véritablement universel. Ce plan est la concrétisation du rôle stratégique d’orientation et de coordination que doivent jouer les Nations unies aujourd’hui dans ce domaine.

Pour la France, la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent est une priorité nationale.

Plus d’informations sur le Plan d’action des Nations Unies pour la prévention de l’extrémisme violent

publié le 04/02/2016

haut de la page