Participation universelle au Conseil des droits de l’Homme

Les Missions permanentes de la France, du Royaume du Maroc, de la République des Maldives et de l’Italie auprès des Nations unies à Genève, et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme ont co-organisé un événement en marge de la 34ème session du Conseil des droits de l’Homme.

JPEG

Cet événement fut l’occasion d’aborder l’impact d’une participation universelle au CDH sur la qualité de ses travaux, et de dresser un bilan des activités du fonds d’affectation spéciale pour l’assistance technique à l’appui de la participation des pays les moins avancés (PMA) et des petits Etats insulaires en développement (PEID) aux travaux du CDH, après 5 ans d’existence.

L’événement a également permis de valoriser le lancement de la brochure du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme sur la première session universelle historique du Conseil des droits de l’homme à l’occasion de son dixième anniversaire, en juin 2016.

JPEG

"L’universalité est une valeur fondatrice des Nations unies et du multilatéralisme. La France, comme tous ceux réunis dans cette salle, y est fermement attachée", a déclaré Mme Elisabeth Laurin, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies à Genève et autres organisations internationales en Suisse.

Mme Norleen Oliver, Représentante des Etats Fédérés de Micronésie, est également intervenue au nom des délégués des PEID et des PMA qui participent à la 34ème session du CDH, soutenus par le Fonds d’appui aux PMA et aux PEID.

JPEG

La France, fidèle à ses engagements en faveur de l’universalité des droits de l’Homme, a décidé d’apporter une contribution de 100 000 euros au fonds d’affectation spéciale pour l’assistance technique à l’appui de la participation des pays les moins avancés (PMA) et des petits Etats insulaires en développement (PEID) aux travaux du Conseil des droits de l’Homme (CDH).

Ce fonds, géré par le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, a été établi en 2012, et est opérationnel depuis 2014.

Son principal objectif est d’aider les pays ayant les plus faibles ressources à participer plus activement et régulièrement aux travaux du Conseil des droits de l’homme. Il concerne plus particulièrement les Etats ne disposant pas de mission permanente à Genève. Le fonds permet de financer la participation des représentants de gouvernements aux sessions du Conseil des droits de l’Homme, des programmes de bourse de 3 mois, ainsi que des sessions de formation ciblée par le biais d’outils d’apprentissage en ligne.

77 Etats peuvent être bénéficiaires des programmes du fonds. A ce jour, 59 délégués de 45 pays, dont 16 pays de la francophonie, parmi lesquels 33 femmes et 26 hommes, ont pu participer aux sessions du Conseil des droits de l’Homme.

JPEG

Les délégués de 13 pays pourront participer aux travaux de la 34ème session ordinaire du Conseil des droits de l’Homme, qui se tient du 27 février au 24 mars 2017, grâce au soutien du fonds.

La France se félicite par ailleurs de l’intégration d’une dimension égalité hommes-femmes dans les activités du fonds, ainsi que de l’utilisation des deux langues de travail des Nations unies dans le cadre des activités de formation mises en place.

A l’annonce de la contribution de la France, Ambassadeur Elisabeth Laurin, Représentant Permanent de la France auprès des Nations Unies à Genève et autres organisations internationales en Suisse a déclaré : « La participation universelle des Etats membres des Nations unies aux travaux du Conseil est un facteur essentiel pour le renforcement de son efficacité en tant qu’organe principal des Nations unies pour la protection et la promotion des droits de l’Homme. Le Fonds permet que la voix des PEID et des PMA soit mieux entendue et contribue à renforcer le partage d’expériences et de bonnes pratiques. »

La participation universelle des Etats membres des Nations unies aux travaux du Conseil est un facteur essentiel pour le renforcement de son efficacité en tant qu’organe principal des Nations unies pour la protection et la promotion des droits de l’Homme.

publié le 10/03/2017

haut de la page