Participation de la France à la 27ème session des EPU

Du 1er au 12 mai, le groupe de travail du Conseil des droits de l’Homme sur l’examen périodique universel (EPU) a tenu les examens au titre du troisième cycle lors de sa 27ème session, à Genève.

JPEG

Le groupe de travail a examiné la situation des droits de l’homme dans 14 États : le Bahreïn, l’Equateur, la Tunisie, le Maroc, l’Indonésie, la Finlande, le Royaume-Uni, l’Inde, le Brésil, les Philippines, l’Algérie, la Pologne, les Pays-Bas et l’Afrique du Sud.

L’examen périodique universel (EPU) est une procédure instaurée par le Conseil des droits de l’Homme qui prévoit une analyse automatique par les pairs, tous les 4 ans et demi, de la situation des droits de l’Homme de chaque État membre des Nations unies.

Ce troisième cycle permet de mesurer les progrès accomplis par chaque Etat dans la mise en œuvre des recommandations qu’il a acceptées lors des deux premiers cycles, et d’identifier les défis qui restent à surmonter pour assurer le plein respect des droits de l’Homme.

Chaque Etat est examiné au regard de ses obligations internationales, sur la base du rapport qu’il a lui-même fourni et des informations que les pays examinateurs ont pu recueillir sur la situation des droits de l’Homme dans le pays examiné, y compris par la société civile.

L’État examiné est libre d’accepter ou de refuser chacune des recommandations qui lui est adressée par ses pairs. L’acceptation vaut engagement à mettre en œuvre la recommandation.

Les recommandations formulées par la France à chacun des États examinés au titre de cette session du groupe de travail de l’EPU sont mises à jour régulièrement sur ce site dans cette rubrique.

publié le 12/05/2017

haut de la page