Participation de la France à la « Dubai International Humanitarian Aid Conference ».

La France participe du 24 au 26 mars 2015 à une des plus importantes rencontres des acteurs de l’aide humanitaire, le « Dubai International Humanitarian Aid & Development Conference & Exhibition » (DIHAD).

- Faire le point sur les grandes tendances humanitaires actuelles :
Organisée sous le patronage de l’Émir de Dubaï, cette conférence, qui fera le point sur les grandes tendances humanitaires actuelles, réunira les principales agences onusiennes, des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des fondations, des personnalités du monde académique, des médias et des entreprises innovantes dans le champ humanitaire.

Au sein du Pavillon France, espace de débats et de d’exposition, le Centre de crise et de soutien du ministère des Affaires étrangères réunira cette année ONG et entreprises françaises œuvrant à l’action humanitaire, et valorisera ainsi l’expertise de la France auprès des principaux donneurs d’ordre de l’aide humanitaire et du développement. Cette présence permettra également de développer des contacts avec les nouveaux acteurs de la scène humanitaire, notamment les États du Golfe.

La présence de la France à cette importante manifestation internationale visera enfin à mieux faire connaître les positions françaises sur les grandes questions de l’aide humanitaire, en prévision notamment du sommet humanitaire mondial de 2016.
Les partenaires du Pavillon France :

- Qu’est-ce que le DIHAD ?
Le DIHAD constitue le plus important lieu de rencontre des acteurs de l’aide humanitaire au Moyen-Orient. Elle réunit des agences onusiennes, des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des fondations, des personnes du monde académique, des médias et des entreprises présentant des produits et services liées à l’aide humanitaire et au développement.

- Chiffres 2014 :
• 330 entreprises
• 66 pays participants
• entre 7000 et 9000 visiteurs
• 6 représentations gouvernementales

L’édition 2015, qui se tiendra du 24 au 26 mars doit aborder les thèmes de « l’opportunité, la mobilité et la durabilité ». Un espace sur les innovations humanitaires permettra aux participants de présenter des solutions innovantes qu’ils ont développées. Le public est professionnel (humanitaires, entreprises, universitaires et étudiants).

Les pays du Golfe sont des acteurs émergents de l’aide humanitaire et du développement. On note une augmentation considérable de leurs dépenses humanitaires, dont la majeure partie est consacrée au pays du Moyen-Orient (Syrie et Irak notamment). Les Emirats Arabes Unis ont été le principal donateur humanitaire de la région entre 2009 et 2013 en contribuant à hauteur de 809M$. Ces bailleurs cherchent avant tout des partenaires de confiance dans une logique d’investissement.

En 2014, selon un sondage réalisé sur place :
• 97 % des exposants avait établi de nouveaux contacts et 89 % des exposants avait trouvé de nouveaux clients ;
• 25 % des exposants ont généré entre 50 000 $ et 100 000 $ ; 35 % entre 100 000 $ et 500 000 $ ; 29 % entre 500 000 et 1 M$ ; 11 % plus d’1 M$.
Les entreprises anglo-saxonnes, indiennes et nordiques sont très bien représentées à cette manifestation. La participation des entreprises françaises reste jusqu’à présent faible et ponctuelle en comparaison. La présence de grandes entreprises françaises (Airbus Helicopter, GDF Suez, Losberger, Thales) sous le pavillon France marque ainsi une évolution stratégique.

- Un pavillon « France humanitaire » réunissant ONG, entreprises, fondations :
Le ministère se propose de coordonner une présence française à l’événement au sein d’un « pavillon France » associant des ONG et des entreprises. Cette présence a pour objectif :
• La promotion du savoir-faire français sur la scène humanitaire internationale, en se focalisant tout particulièrement sur la capacité d’innovation des entreprises françaises. Les entreprises pourraient présenter des concepts et des innovations qui semblent plus à même d’attirer, de retenir l’attention des participants que la présentation formelle de produits ;
• La promotion des liens et des partenariats entre les entreprises et les ONG françaises.

- Objectifs pour les entreprises :
• rencontrer en bilatéral des acteurs du monde humanitaire dans la perspective de futurs partenariats et/ou contrats ;
• présenter leurs produits, leur expertise et leur capacité d’innovation à un grand nombre d’acteurs et de bailleurs du secteur humanitaire ;
• accroître leurs contacts avec les bailleurs traditionnels et se positionner pour les futurs appels d’offres dans le cadre des missions humanitaires internationales ;
• initier ou consolider des contacts avec les nouveaux bailleurs de l’aide humanitaire ;
• Suivre les innovations dans le domaine humanitaire ; • intensifier leurs liens avec les ONG françaises et le Centre de crise.

- Objectifs pour les ONG :
• intensifier leurs contacts avec les acteurs traditionnels de l’aide humanitaire internationale ;
• rencontrer et développer des liens avec de nouveaux acteurs de l’humanitaire, comme les ONG locales ou les Etats du Golfe ;
• gagner en visibilité et échanger sur les crises humanitaires qui affectent le Moyen-Orient ;
• porter des messages auprès d’un grand nombre d’acteurs ;
• se rapprocher des différents acteurs : partenariats, accès à des financements.

Pour en savoir plus :
Télécharger le Bilan 2014 de l’aide humanitaire d’urgence (pdf) :
Télécharger la fiche Syrie et pays voisins – crise syrienne, 2011 - 2015 (pdf) :
Télécharger la fiche Irak, 2014 - 2015 (pdf) :
Télécharger la fiche Ebola – Guinée Conakry / Libéria / Sierra Leone, 2014-2015 (pdf) :
Télécharger la fiche Bande de Gaza - 2014 (pdf) :

publié le 04/02/2016

haut de la page