OMS - Plan d’action mondial pour les vaccins

JPEG - 144.1 ko
142ème session du Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé

Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé - 142ème session

Point 6.2 - Plan d’action mondial pour les vaccins

Intervention de la France

Genève, le samedi 27 janvier 2018

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président.

La France salue le rapport du Secrétariat et les recommandations du Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination.

La vaccination est un levier essentiel de la protection individuelle et collective de nos populations. Elle a un impact positif indéniable pour la santé mondiale : elle constitue un élément fondamental de la couverture santé universelle, elle favorise la sécurité sanitaire internationale, et elle participe à la lutte contre la résistance aux antimicrobiens. Chaque année, la vaccination permet d’éviter entre 2 et 3 millions de décès dans le monde pour les seules maladies de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche et de la rougeole.

La France fait face, au niveau national, à une recrudescence de certaines maladies comme la rougeole ou les infections invasives à méningocoque C, touchant particulièrement les adultes jeunes et dont les conséquences peuvent être lourdes voire mortelles. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a fait de l’amélioration de la couverture vaccinale une priorité de santé publique. C’est pourquoi elle a étendu l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccins depuis le 1er janvier 2018. Une information renforcée des professionnels et des parents accompagne la mise en oeuvre de cette mesure, pour lutter contre la désinformation et restaurer la confiance des citoyens envers la vaccination.

Au niveau international, la France a fait de la vaccination une priorité. Elle coordonnera à partir de 2018 l’action conjointe européenne sur la vaccination, pour construire des politiques vaccinales sur plusieurs défis communs européens comme la gestion des stocks et des pénuries, l’hésitation vaccinale ou encore les mesures de couverture vaccinale. La France soutient les programmes de vaccination dans les pays en développement. Elle est le sixième contributeur de GAVI, l’Alliance du Vaccin, avec une contribution de 465 millions d’euros pour 2016-2020.

La France est préoccupée par la lenteur des progrès réalisés au niveau mondial et appelle tous les Etats membres et partenaires à renforcer leurs efforts pour atteindre les objectifs du Plan d’action mondial pour les vaccins d’ici 2020.

Je vous remercie./.

publié le 29/01/2018

haut de la page