OMS - Activité physique pour la santé

JPEG - 144.1 ko
142ème session du Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé

Conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé - 142ème session

Point 4.2 - Activité physique pour la santé

Une population plus active pour un monde en meilleure santé : projet de plan d’action mondial pour promouvoir l’activité physique 2018-2030

Intervention de la France

Genève, le jeudi 25 janvier 2018

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président.

La France salue le projet de plan d’action mondial pour promouvoir l’activité physique 2018-2030 et la qualité des documents proposés par le Secrétariat.

Nous sommes parfaitement en ligne avec les propositions du projet de plan d’action pour renforcer la gouvernance, les partenariats multisectoriels, les systèmes d’information et la sensibilisation des populations. Nous partageons également le constat d’un nécessaire changement de paradigme pour l’activité physique.

Il est crucial d’initier des actions depuis l’enfance, de les poursuivre à tous les âges et de donner la priorité à la réduction des inégalités sociales dans ce domaine.

La France mène depuis plusieurs années des programmes et plans de santé publique pour augmenter le niveau d’activité physique et limiter la sédentarité.

La nouvelle Stratégie nationale de santé 2018-2022 portée par notre Ministre, prévoit ainsi la promotion d’une activité physique régulière, à tous les âges, notamment par le développement de l’offre de pratique, des aménagements de l’espace public, le développement des mobilités actives, la lutte contre les comportements sédentaires dans la vie quotidienne mais aussi l’accompagnement du déploiement de l’activité physique adaptée, prescrite dans le traitement de certaines pathologies.

En 2017, notre engagement s’est aussi traduit par un partenariat renforcé avec l’OCDE, et le lancement d’une étude co-financée par le Ministère des Sports et le Ministère des Solidarités et de la Santé, portant sur l’Impact économique des politiques de soutien et de promotion des activités physiques et sportives. Elle témoigne de la volonté conjointe, des deux ministères, de mieux apprécier le potentiel des politiques publiques en faveur du développement de la pratique de l’activité physique et sportive en termes de prévention primaire et d’impact économique.

A cet égard, la France souhaite encourager l’OMS à coopérer de manière plus approfondie avec les autres organisations internationales pertinentes pour l’élaboration du projet de plan d’action mondial, parmi lesquelles l’OCDE.

Je vous remercie./.

publié le 29/01/2018

haut de la page