« Mieux communiquer dans la crise : de l’information au plaidoyer ».

Ce moment d’échange a permis de souligner les difficultés que rencontrent humanitaires et Etats dans les zones de crise ou de conflit en matière de collecte d’informations fiables (incohérence et possible instrumentalisation des chiffres, accès restreint aux sources, évolution rapide de la situation) et de communication (intérêt sélectif des médias, difficultés à conserver de l’influence sur des crises de long terme, multiplication et simultanéité des crises).

JPEG
La Mission a réuni autour d’une même table ONG, organisations internationales, représentations diplomatiques et journalistes pour évoquer le thème « Mieux communiquer dans la crise : de l’information au plaidoyer ».

Ce moment d’échange a permis de souligner les difficultés que rencontrent humanitaires et Etats dans les zones de crise ou de conflit en matière de collecte d’informations fiables (incohérence et possible instrumentalisation des chiffres, accès restreint aux sources, évolution rapide de la situation) et de communication (intérêt sélectif des médias, difficultés à conserver de l’influence sur des crises de long terme, multiplication et simultanéité des crises).

Médias et humanitaires ont ainsi pu croiser leurs vision sur la façon dont les sujets humanitaires peuvent ou doivent être traités pour une communication et un plaidoyer plus efficaces. Une coordination plus large sur le terrain entre les acteurs, le recours plus franc aux nouveaux médias et la mise sur pied d’une communication ciblée figurent parmi les options envisagées.

Une prochaine réunion de réflexion sur l’action humanitaire aura lieu le 22 mai à la Mission sur le thème de la protection de l’héritage culturel en zones de crise.

publié le 04/02/2016

haut de la page