Lutte contre les violences faites aux femmes sur le lieu de travail

Lutte contre les violences faites aux femmes sur le lieu de (...)

41ème session du Conseil des Droits de l’Homme

Panel sur le thème des violences faites aux femmes sur le lieu de travail

Intervention de la France

Genève, 27 juin 2019

La version prononcée fait foi.

Merci Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les panélistes,

La France vous remercie pour la tenue de ce débat et pour la qualité de vos interventions. La France salue tout particulièrement la récente adoption de la nouvelle convention de l’Organisation internationale du travail contre la violence et le harcèlement et appelle à sa large ratification.

Les femme constituent une part importante et nécessaire du marché du travail, et il est inacceptable qu’elles y subissent, malgré leur apport irremplaçable, des violences et des discriminations, que ce soit au moment de l’embauche, dans les tâches qui leur sont confiées, dans leur progression de carrière, dans leur salaire, dans leurs relations avec leurs collègues, leurs employeurs et leurs subordonnés, et dans leurs déplacements professionnels. Comme vous l’avez souligné, les femmes sont plus facilement écartées, intimidées voire harcelées, en ligne ou hors ligne, et les responsables se cachent trop vite derrière leur ignorance de la situation et poursuivent leur propre carrière en toute impunité, et bonne conscience parfois.

Alors que 2019 marque le 40ème anniversaire de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la France réitère avec force son engagement dans la lutte contre toute forme de violence à l’encontre des femmes, que ce soit dans la sphère privée ou publique. Si depuis les mouvements #metoo, ou #balancetonporc en France, les femmes sont plus disposées à s’exprimer sur ces discriminations et violences, il est de notre devoir d’agir pour que leurs droits soient respectés en toutes circonstances, et les contrevenants sanctionnés.

A cet égard, la France a voté plusieurs lois visant à l’amélioration des conditions de travail des femmes et notamment l’adoption en septembre dernier de la loi pour l’égalité professionnelle, qui prévoit notamment l’égalité salariale dans les 3 ans, et la désignation d’un référent sur les discriminations hommes/ femmes ans chaque comité d’entreprise.

Mesdames et Messieurs les panélistes,

Les femmes sont encore plus vulnérables que les hommes aux violences quand leur métier est public. Auriez-vous des exemples de bonnes pratiques pour contrer les risques spécifiques qu’elles encourent du fait du caractère public de leur métier ?

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 22 juillet 2019
Retour en haut