Les enjeux du Congrès météorologique mondial (3-14 juin 2019)

Les 193 membres de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sont réunis à Genève pour le 18ème Congrès météorologique mondial du 3 au 14 juin 2019.

JPEG

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) au cœur des défis majeurs du XXIème siècle : vers une approche plus intégrée du système Terre.

L’OMM, créée en 1950, a succédé à l’Organisation météorologique internationale (OMI), fondée en 1873 pour faciliter les échanges d’informations relatives au temps par-delà les frontières nationales.

L’OMM est l’organisation des Nations unies qui fait autorité pour tout ce qui concerne l’état et le comportement de l’atmosphère terrestre, son interaction avec les terres émergées et les océans, le temps et le climat qu’elle engendre et la répartition des ressources en eau qui en résulte.

L’OMM se réunit en Congrès tous les quatre ans. Le Congrès est l’organe suprême de l’organisation, il définit les orientations stratégiques, politiques et normatives, adopte le budget , et élit les titulaires de fonctions au sein de l’Organisation, dont le Président, les vices présidents, les présidents des conseils régionaux, ainsi que le Secrétaire Général.

La réforme de l’OMM, un objectif prioritaire de ce 18ème Congrès mondial

Ce 18ème Congrès devrait débattre et adopter une importante réforme des structures de la gouvernance de l’OMM, pour consolider son rôle de chef de file en matière de savoir-faire dans les domaines du temps, du climat et de l’eau, et s’adapter aux besoins croissants de ses membres pour répondre aux défis en matière d’hydrologie, de météorologie et de climat.

L’OMM veut simultanément renforcer et rendre visible sa contribution au débats et aux politiques au niveau mondial, notamment le changement climatique, la réduction des risques de catastrophes et la mise en œuvre de l’Agenda 2030 du développement durable et mieux s’engager au niveau de ses Régions pour renforcer les capacités de tous ses Membres dans les domaines du temps, du climat et de l’eau.

Les objectifs de la réforme sont :
- La promotion d’une approche scientifique intégrée du système Terre, qui englobe la météorologie la climatologie, l’océanographie, la sismologie, la volcanologie, la qualité de l’aire et les gaz à effets de serre ;
- La poursuite du développement de services de prévision et d’alerte, multi-dangers, axés sur les impacts, et couvrant les domaines du temps, du climat, de l’eau, de l’aviation, de la marine, de l’agriculture, des milieux urbains, de l’énergie et de la santé.

La réforme vise donc à coordonner les systèmes d’observations et de gestion des données, à normaliser les observations et les mesures, à harmoniser les services dans le souci d’optimiser leurs bénéfices socio-économiques. Il s’agit pour l’organisation de gagner en efficacité, en rentabilité, et en agilité, dans un contexte de concurrence accrue dans son domaine de compétence, mais aussi de mettre en place des mécanismes de collaboration avec des partenaires, publics et privés, hors de la communauté de l’OMM.

Les Membres débattront également :
- du renforcement du réseau d’observation sur lequel sont fondées toutes les prévisions ,
- de l’amélioration des services météorologiques et climatiques dans le contexte du changement climatique et de l’augmentation du nombre et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes,
- de l’appui des services hydrologiques à la gestion durable de l’eau,
- del’appui au développement de capacités,
- des partenariats avec le secteur privé et de la politique en matière de données.

Le Congrès devrait approuver le plan stratégique de l’OMM pour la période 2020-2030 avec 5 objectifs de long terme :
1/ Mieux répondre aux besoins de la société (améliorer les services centrés sur la demande),
2/ Améliorer les observations et prévisions,
3/ Promouvoir la recherche axée sur les services ,
4/ Réduire les écarts de capacités entre pays en matière de services hydrométéorologiques,
5/ Réaligner la structure et les programmes de l’organisation sur la stratégie.

La France à l’Organisation météorologique mondiale

La France est membre du Conseil exécutif de l’OMM depuis sa création. Elle est présente dans 4 des 6 Conseils régionaux de l’OMM, au titre de ses territoires ultramarins et elle est le 5ème contributeur de l’organisation.

La France soutient activement la réforme de l’organisation pour lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la réalisation de l’Agenda 2030 du développement durable.

publié le 04/06/2019

haut de la page