Les enjeux de la 39ème session du Conseil des Droits de l’Homme

Depuis sa création en 2006, le Conseil des Droits de l’Homme mobilise la communauté internationale face aux situations les plus préoccupantes en matière de droits de l’Homme. Elle contribue à placer la défense des droits de l’Homme au cœur des questions internationales.

Il s’agira du premier Conseil des Droits de l’Homme de Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, qui a pris ses fonctions le 1er septembre.

PNG

De nombreux débats organisés lors de cette 39ème session du CDH

Plusieurs débats rythment les travaux de cette session du Conseil des droits de l’Homme, en particulier :
- Un dialogue sur les disparitions forcées et la détention arbitraire (11 septembre)
- Un dialogue sur les déchets dangereux et l’environnement (23 septembre)
- Un débat de haut niveau pour le 70ème anniversaire de la Convention pour la prévention du crime de génocide (13 septembre)
- Le débat annuel sur l’intégration d’une perspective genre dans le fonctionnement du Conseil (24 septembre)

Des crises qui mobilisent pleinement l’attention du Conseil des droits de l’Homme et de la France

Lors de cette 39e session, les crises continuent de mobiliser pleinement l’attention du Conseil des droits de l’Homme et de la France :
- Les crises africaines pour lesquelles la France se mobilise, par exemple au Burundi, au Soudan du Sud, mais aussi en République centrafricaine, en République démocratique du Congo ou en Somalie.
- Les crises en Afrique du Nord et au Moyen Orient, et notamment en Syrie, au Yémen, en Libye. La France porte, avec ses partenaires, une résolution sur la situation des droits de l’Homme en Syrie.
- La situation des droits de l’Homme en Birmanie sera également discutée.
- La situation des droits de l’Homme au Venezuela devrait également faire l’objet d’une action du Conseil des droits de l’Homme, suite à la publication en juin 2018 du rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

La France mobilisée pour la défense et la promotion des droits de l’Homme

La France continue de défendre l’universalité des droits de l’Homme, qui ne peuvent souffrir aucune forme de relativisme culturel, et continue d’accorder la plus grande priorité :
- à la lutte contre l’impunité car sans justice, il ne peut pas y avoir de paix durable, à la lutte contre la peine de mort qui n’est pas la justice, mais l’échec de la justice et une atteinte au droit à la vie,
- à la lutte contre la torture et autres formes de traitements inhumains ou dégradants,
- à la promotion des droits des femmes et des filles, sur lesquels pèse une tendance à la régression.
- à la lutte contre toutes les formes de racisme, de discrimination et d’intolérance, qu’elles soient fondées sur l’appartenance ethnique ou religieuse ou l’orientation et l’identité sexuelle,
- à la promotion de l’action de la société civile et à la liberté d’expression des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme, qui mènent une action vitale pour nos démocraties.

Consultez le programme de la 39ème session du Conseil des droits de l’Homme.

Retrouvez, sur notre site, l’ensemble des interventions prononcées par la France à l’occasion de cette 39ème session du Conseil des droits de l’Homme.

publié le 07/09/2018

haut de la page