Conférence sur les océans à Genève (09/06/2016)

Les Missions permanentes de la France, du Maroc et de Monaco ont organisé le 9 juin, avec le soutien du Réseau Environnement Genève, un évènement intitulé « Des océans sains pour une vie meilleure ».

Lors de la COP21, les débats ont clairement démontré la nécessité d’accorder à la question des océans toute l’attention nécessaire dans l’agenda climatique.

En effet, l’océan est le principal régulateur du climat mondial. Couvrant 71% de la surface du globe, il produit plus de 50% de l’oxygène de l’air que nous respirons, absorbe environ 30% du CO2 et 93% de l’excès de chaleur générés par les activités humaines.

Limiter le réchauffement de la planète à 2°, voire 1,5° est essentiel pour maintenir cette capacité de régulation de l’océan et pour limiter les bouleversements qui sont en cours.

Jusqu’à la COP 21, aucune conférence des Parties à la Convention climat n’avait abordé le rôle des océans dans le changement climatique et les effets de celui-ci sur l’océan. L’objectif de la conférence, à l’approche de la COP22, était de démontrer comment, tout en le préservant, l’océan offre de multiples opportunités de développement durable.

Des scientifiques et des représentants de la Genève internationale sont intervenus lors de cette conférence dans une salle comble, ainsi que des jeunes du Lycée international de Ferney-Voltaire, chargés de remettre à la communauté internationale un message des jeunes générations sur la pollution des océans.

Quelques jours plus tôt, Ségolène Royal a engagé la mise en œuvre nationale du plan d’action des objectifs de développement durable ; car la France est pleinement mobilisée pour la réalisation de l’objectif 14, qui prévoit de « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable. » À ce titre, la France soutient le principe d’une conférence des Nations unies, qui se tiendra à Fidji en 2017 et suivra la mise en œuvre de l’objectif de développement durable dédié aux océans.

De manière générale, la France défend la généralisation à l’international d’un système obligatoire de surveillance, de déclaration et de vérification des émissions de CO2 pour le transport maritime. A ce titre, l’Organisation maritime internationale vient récemment d’adopter un système de collecte des données sur les émissions de CO2 du transport maritime.

La France assurera prochainement la coprésidence de l’initiative internationale sur les récifs coralliens, puisqu’elle est aussi engagée dans ce combat crucial.

Retrouvez le programme complet de cette conférence :

PDF - 133.2 ko
Programme 09-06-2016 V FR
PDF - 133.2 ko (PDF - 133.2 ko)
PDF - 133.3 ko
Agenda 2016-06-09
PDF - 133.3 ko (PDF - 133.3 ko)

publié le 10/06/2016

haut de la page