Le travail des enfants relancé par la crise du Covid-19

Journée mondiale contre le travail des enfants

Dans un rapport conjoint, l’OIT (Organisation Internationale du Travail) et l’Unicef alertent sur les risques de voir des millions d’enfants supplémentaires prendre le chemin du travail à cause de la pandémie de Covid-19. Cette étude COVID-19 et travail des enfants : un temps de crise, un temps pour agir sort à l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, qui se tient tous les 12 Juin.

Plus d’infos sur la Journée mondiale contre le travail des enfants sur le site de l’OIT

Les voyants sont au rouge vif : c’est la première fois depuis 20 ans que les indicateurs s’inversent. Alors que le nombre d’enfants qui travaillent avait baissé de 94 millions depuis les années 2000, l’OIT et l’UNICEF craignent une soudaine augmentation sous l’action conjuguée de la fermeture des écoles et de la mise à l’arrêt de pans entiers de l’économie mondiale qui ont plongé des millions de familles, privées de moyens de subsistances, dans la pauvreté. L’OIT lance donc un appel à une coopération internationale pour lutter contre l’impact de cette crise sanitaire sur le travail des enfants.

La crise du Covid-19 a entrainé une augmentation du travail des enfantsLa crise du Covid-19 a entrainé une augmentation du travail des enfants. Crédit : Sonali Pal Chaudhury / NurPhoto via AFP

Un enfant sur dix dans le monde astreint au travail

« Au moment où la pandémie saborde le revenu des familles, beaucoup d’entre elles pourraient recourir au travail des enfants si on ne leur vient pas en aide », souligne Guy Ryder, Directeur général de l’OIT. Car en temps de crise, les enfants deviennent une variable d’ajustement et d’adaptation pour les familles les plus vulnérables. Plusieurs études montrent qu’une hausse d’un point de pourcentage de la pauvreté conduit à une augmentation d’au moins 0,7 pour cent du travail des enfants.

Selon les chiffres datant d’avant la pandémie et publiés par l’OIT, 152 millions d’enfants entre 5 et 17 ans - soit un enfant sur dix dans le monde- travaillent dont 73 millions qui accomplissent des travaux dangereux, ce qui leur fait courir de sérieux risques en matière de santé et de sécurité. Près de la moitié des enfants concernés est originaire du continent africain et a entre 5 et 11 ans.

Les trois quarts d’entre eux travaillent dans l’économie informelle et le secteur de l’agriculture. Ces enfants courent le risque de travailler de plus longues heures ou d’accepter des emplois encore plus dangereux pour subvenir aux besoins urgents de leurs familles. En outre, les inégalités de genre pourraient s’accroître, les filles étant particulièrement susceptibles d’être exploitées dans l’agriculture et le travail domestique, indique le rapport.

La France s’engage dans l’élimination du travail des enfants

L’étude suggère plusieurs mesures possibles pour enrayer la menace d’une augmentation du travail des enfants :

  1. une protection sociale plus élargie ;
  2. un accès plus facile au crédit pour les familles pauvres ;
  3. la promotion du travail décent pour les adultes ;
  4. des mesures éducatives pour encourager le retour des enfants à l’école, y compris l’élimination des frais de scolarité ;
  5. des moyens accrus pour l’inspection du travail et pour les forces de l’ordre.

Alors que nous réinventons le monde d’après-COVID, la protection des enfants doit être au coeur des préoccupations. La France s’y engage en présidant l’Alliance 8.7, plateforme multipartite qui associe les partenaires sociaux, des ONGs, des Etats et d’autres organisations internationales. L’objet de l’Alliance est d’atteindre la cible 8.7 des ODD (Objectifs de Développement Durable), visant l’éradication du travail des enfants en 2025 et du travail forcé en 2030. La France a annoncé vouloir faire partie des « pays pionniers » de l’Alliance 8.7, qui veulent aller plus vite et plus loin dans l’élimination du travail des enfants dans leur propre pays.

Écoutez la déclaration de Anousheh Karvar, présidente de l’Alliance 8.7, sur la réaction de l’Alliance à la crise du Covid-19 (en anglais) :

Plus d’informations sur l’Alliance 8.7 sur leur site

En 2021 se tiendra la 5ème Conférence mondiale sur le travail des enfants. La France travaillera à ce que cet événement soit une réussite.

L’Assemblée Générale des Nations Unies a décidé à l’unanimité que 2021 serait l’année internationale de l’élimination du travail des enfants.

Dernière mise à jour le : 12 juin 2020