Le modèle du CERN, un modèle possible pour la coopération mondiale (colloque).

Le 2 novembre, à l’occasion du 70e anniversaire des Nations Unies, le CERN et l’ONUG accueilleront conjointement un colloque d’une journée, avec le soutien de la France et de la Suisse.
Cette manifestation réunira des décideurs politiques (à l’instar du Premier Ministre Mme Edith Cresson), des scientifiques et des membres de la société civile, qui débattront des moyens de créer des synergies entre les communautés dans le but de remplir des objectifs mondiaux.

JPEG
Comment le CERN fonctionne-t-il ? Comment atteint-on des objectifs dans un environnement aussi complexe, où des communautés très diverses travaillent ensemble dans l’intérêt de la science ? Le modèle du CERN pour la collaboration scientifique internationale suscite de plus en plus l’intérêt d’un nombre toujours plus grand d’experts de différents domaines. Les avancées et réussites scientifiques témoignent de l’efficacité du modèle et prouvent que des programmes scientifiques ambitieux ne peuvent être réalisés que par des communautés travaillant ensemble à long terme.

« Le socle sur lequel repose le modèle du CERN est sa Convention, qui donne des orientations très claires mais permet aussi une certaine souplesse, explique Rolf Heuer, directeur général du CERN. Le succès du CERN s’appuie sur les contributions d’une immense communauté de scientifiques et d’ingénieurs, dans le monde entier. Ceux-ci travaillent ensemble et partagent des valeurs et des idéaux communs, à savoir le savoir universel, quel que soit le pays d’où ils viennent. » Lors du colloque, les intervenant débattront pour savoir si, et de quelle manière, ce modèle peut être utilisé efficacement dans d’autres contextes, pour le bien de la société.

En effet, tout comme les difficultés rencontrées en physique des particules, un grand nombre des difficultés auxquelles la société est confrontée aujourd’hui, notamment comprendre le changement climatique, faire face à l’appauvrissement de la biodiversité, et assurer à tous les habitants de la planète un accès à l’eau potable, à la santé, à l’éducation et à internet, concernent plusieurs parties prenantes et doivent être réglées par des experts issus de disciplines différentes. Ce colloque organisé par le CERN et l’ONUG permettra à des représentants de diverses agences des Nations Unies, d’organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales, ainsi qu’à des diplomates, des décideurs politiques, des économistes, des sociologues et des membres de la communauté de la physique, de débattre des moyens de trouver la bonne approche pour s’attaquer à ces difficultés de manière coordonnée.
« Plusieurs sujets seront au cœur des discussions, indique Michel Spiro, ancien président du Conseil du CERN et l’un des organisateurs du colloque. Comment concilier un effort de collaboration ouvert avec une approche de marché, des initiatives partant de la base avec des stratégies et réglementations émanant d’en haut, les politiques locales avec les politiques mondiales ; comment choisir le modèle approprié pour une situation donnée ; et que pouvons-nous apprendre de nos expériences au CERN et ailleurs.
Nous espérons susciter un échange créatif qui puisse nous aider à imaginer une approche innovante pour la fourniture de biens publics mondiaux. Cet échange est d’autant plus important que 2015 est l’année où les Nations Unies ont adopté leur programme de développement durable à l’horizon 2030, un programme international qui définira l’avenir de la coopération internationale, et auquel le CERN participe. »

- Pour plus d’informations, prendre l’attache du service de presse du CERN :

Source : Le Bulletin du CERN

publié le 05/11/2015

haut de la page