Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Le Fonds mondial, créé en 2002, est le bailleur de fonds le plus important dans le domaine de la santé.

Créé en janvier 2002, le Fonds mondial vise à lutter contre les trois maladies infectieuses les plus répandues et les plus meurtrières : le VIH/sida, la tuberculose, et le paludisme. C’est une institution financière internationale dont la mission est de collecter puis d’allouer des ressources supplémentaires pour la prévention et le traitement des trois pandémies. Il s’agit d’un partenariat public-privé, enregistré comme fondation de droit suisse.

Le Fonds mondial est le bailleur de fonds le plus important dans le domaine de la santé : il capte 20% des financements internationaux pour le VIH et investit près de 4 milliards de dollars par an à l’appui de programmes menés par des spécialistes locaux dans plus de 140 pays.

Grâce aux versements du Fonds mondial, plus de 11 millions de personnes reçoivent un traitement antirétroviral vital, soit plus de la moitié du nombre total de personnes sous traitement dans le monde. Dans les pays soutenus par le Fonds mondial, le taux de mortalité lié à la tuberculose a reculé de 35% et le nombre de décès de 21%. Le nombre de cas de paludisme a rapidement perdu du terrain, chutant de plus de 18%.

La France a été l’un des principaux acteurs de la création du Fonds mondial

Deuxième contributeur au fonds, sa contribution s’élève depuis 2010 à 360 millions d’euros par an. Le Président de la République a confirmé en décembre 2017 que la France resterait le deuxième contributeur du Fonds mondial.

Depuis 2011, la France consacre une partie de sa contribution au Fonds mondial à apporter de l’expertise technique aux pays membres de la francophonie récipiendaires du Fonds mondial afin de les appuyer dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes du Fonds. Cette Initiative 5% a été portée à 7% à partir de 2017 D’un montant de 25 millions par an, pilotée par le MEAE et mise en œuvre par Expertise France, elle fonctionne selon différentes modalités : un canal 1 pour fournir de l’expertise de court-terme et un canal 2 permettant le financement de projets de plus long-terme (2 à 3 ans) sur des thématiques spécifiques dans le cadre d’appels à projets annuels.

La France accueillera en octobre 2019 à Lyon la 6ème reconstitution du Fonds mondial, avec pour objectif d’atteindre des engagements à hauteur de 14 milliards de dollars pour la période 2020-2022.

Une nouvelle stratégie pour 2017-2021 alignée sur l’Agenda 2030 pour le développement durable

Le Fonds s’est doté d’une nouvelle stratégie pour la période 2017-2021, notamment pour atteindre les Objectifs de développement durables.

Elle s’articule autour de quatre axes :
1- Optimiser l’impact des actions menées contre les trois pandémies
2- Mettre en place des systèmes résistants et pérennes pour la santé
3- Mobiliser des ressources accrues
4- Promouvoir et protéger les droits de l’homme et l’égalité de genre.

Elle se fonde sur les principes directeurs du fonds mondial : partenariat (avec les autorités publiques, la société civile, les communautés touchées par la maladie, les partenaires techniques, le secteur privé, les organisations confessionnelles et les autres bailleurs de fonds), appropriation par le pays, financement en fonction des résultats et transparence.

publié le 13/02/2019

haut de la page