"La vigilance du HCDH est indispensable et précieuse"

35ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue avec le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme sous le point 2 de l’ordre du jour

Intervention du Représentant Permanent adjoint de la France

Genève, le mercredi 7 juin 2017

La version prononcée fait foi.

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Monsieur le Haut-Commissaire,

La France vous remercie pour votre rapport et salue votre travail et celui de vos équipes : votre vigilance est indispensable et précieuse pour accompagner les Etats et alerter sur des situations préoccupantes.

La France soutient le Conseil, lieu d’attention incontournable sur la situation des droits de l’Homme pour la communauté internationale. La France y travaille pour renforcer les standards des droits de l’Homme, et a posé sa candidature pour un nouveau mandat au sein du conseil pour la période 2018-2020.

Le respect des droits de l’Homme ne peut être tenu pour acquis. La communauté internationale fait face à des mouvements de repli qui fragilisent encore davantage les droits des plus vulnérables. Cela rend plus nécessaire encore l’accès aux mécanismes de protection des droits de l’Homme.

La France rappelle à ce sujet la responsabilité de tous les Etats. Les défenseurs des droits de l’Homme en particulier jouent un rôle clé pour défendre les libertés et faire vivre un espace public respectueux de tous. Il faut garantir un environnement favorable à leurs activités.

Nous appelons le Conseil des droits de l’Homme à poursuivre le chemin engagé pour la liberté et la dignité des femmes et des filles. Cela passe par la garantie de leurs droits et de leur santé sexuels et reproductifs. Nous saluons le mandat créé il y a un an pour la protection contre les violences fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre : les violences subies par ces personnes, qui sont parfois des enfants, sont inacceptables.

La France est également consciente de l’importance que fournit le Haut Commissariat aux pays qui en font demande, notamment en situation de crise ou de sortie de crise. Il est de notre devoir de vous donner les moyens d’accomplir ces missions.

Je vous remercie./.

publié le 07/06/2017

haut de la page