La situation des droits de l’Homme en Iran reste critique

La situation des droits de l'Homme en Iran reste critique

40ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif avec le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme en Iran

Intervention de la France

Genève, 11 mars 2019

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

La France remercie le Rapporteur spécial pour son rapport et salue ses efforts renouvelés pour rendre compte de la situation des droits de l’Homme en Iran, en dépit de l’interdiction d’accès au territoire qui lui est opposée.

La situation des droits de l’Homme en Iran reste critique.

Malgré un recul significatif du nombre des exécutions en 2018 que nous saluons, le recours à la peine de mort demeure à un niveau très élevé. La France rappelle son opposition constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances, et son engagement déterminé en faveur de son abolition universelle.

La poursuite des exécutions de mineurs ou de personnes condamnées pour des faits commis alors qu’elles étaient mineures, en violation des engagements internationaux de l’Iran, demeure très préoccupante.

En particulier, l’exécution en 2018 de deux jeunes filles mineures, évoquée dans votre rapport, met en lumière, une fois encore, les situations dramatiques résultant des mariages forcés et de la violence familiale. Aussi invitons-nous l’Iran à se conformer à la recommandation du Comité des droits de l’enfant relative à la fixation de l’âge minimum du mariage.

La France appelle également l’Iran à garantir le droit à la liberté d’expression et d’opinion, à la liberté de religion ou de conviction et à la liberté de manifestation pacifique, ainsi qu’à veiller à ce que les défenseurs des droits de l’Homme – notamment les femmes défenseures – avocats, journalistes et défenseurs de l’environnement ne soient pas inquiétés, arrêtés arbitrairement ni soumis à des traitements inhumains ou dégradants en raison de leur action pour la liberté. La France rappelle également à l’Iran la nécessité d’assurer le respect du droit à un procès équitable.

Elle l’encourage enfin à coopérer pleinement avec le Rapporteur spécial.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 24 juillet 2019
Retour en haut