La santé est un bien commun : l’un des plus essentiels, mais aussi l’un des plus fragiles

72ème Assemblée mondiale de la santé

Discours de Madame Agnès BUZYN,
Ministre des solidarités et de la santé

Genève, 20 mai 2019

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,
Monsieur le Directeur Général,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Chers collègues en charge de la santé,
Mesdames et Messieurs,

Cette année 2019 est une année riche et importante pour la santé mondiale ; j’en espère des avancées significatives et pérennes pour la santé de nos populations à travers le monde.

Pour la France, qui a l’honneur d’assumer cette année la présidence du G7, ainsi que celle du groupe Diplomatie & Santé, et qui accueillera les 9 et 10 octobre prochains la 6ème Conférence de Reconstitution des Ressources du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, cette année est l’occasion de renouveler son plein engagement en matière de santé mondiale.

Cet engagement s’appuie sur les valeurs de notre pays : l’universalité de l’accès à la santé, la qualité et la sécurité des soins, le respect des droits humains, en particulier des personnes malades, et l’implication de la société civile. La France est également pour une approche inclusive de la santé mondiale.

La réunion des Ministres de la Santé du G7 s’est tenue avec succès, à Paris, jeudi et vendredi derniers. Je suis heureuse de pouvoir vous en restituer les principaux acquis, portant sur la lutte contre les inégalités, priorité de la présidence française du G7, plus particulièrement pour l’accès à des soins de santé de qualité, pour tous.

Réduire les inégalités de santé dans le monde, et au sein même de chaque pays, est un objectif clé pour améliorer le bien-être et le développement socio-économique des populations, de même que la cohésion sociale, la stabilité et la sécurité dans tous les pays.

Le renforcement des soins de santé primaires est désormais une priorité d’action dans les pays du G7, comme dans tous les pays du monde. L’ensemble des organisations internationales compétentes dans le secteur de la santé, notamment l’OMS, se sont saisies de cette thématique, qui suscite un intérêt et des attentes grandissantes de la part de la société civile et de nos opinions publiques.

Dans cette dynamique, et pour améliorer la coordination des connaissances sur les soins de santé primaires, le G7 lance une initiative, qui sera concrétisée par la France, visant à rassembler l’expertise existante dans ce domaine, et à faciliter le partage d’expériences, entre décideurs au plan local, national et international. Une attention particulière sera accordée à l’égalité entre les femmes et les hommes en santé et l’autonomisation des femmes.

En présence des ministres du G7, l’OMS, l’OCDE, la Banque Mondiale, le Fonds Mondial, et Gavi, l’Alliance du vaccin ont signé une déclaration conjointe marquant leur engagement collectif dans les étapes à venir de cette initiative visant à partager nos connaissances dans la structuration des soins de santé primaire. Je tiens à vous féliciter vivement, Monsieur le Directeur Général, pour le rôle de coordinateur de l’OMS dans cette démarche conjointe, et pour votre détermination à couronner de succès les suites de cette démarche exemplaire.

Ainsi, je suis convaincue que cette initiative du G7 contribuera à la pleine réalisation des Objectifs de Développement Durable, en particulier l’atteinte de la Couverture Santé Universelle, ambition particulièrement chère à la France.

Dans cette perspective, j’appelle tous les Etats membres à adopter les trois résolutions sur la Couverture Santé Universelle qui seront présentées à cette 72ème Assemblée mondiale de la Santé. Celles-ci sont déterminantes. Il nous faut également agir pour la transparence des prix des médicaments et créer un cadre favorable.

Mesdames, Messieurs,

Enfin, la France s’adresse à vous, l’ensemble de la communauté internationale, pour assurer le succès de la 6ème conférence de reconstitution des ressources du Fonds Mondial, en octobre à Lyon, étape déterminante pour mettre fin aux trois pandémies et réduire les inégalités de santé dans le monde. Les ministres de la Santé du G7 ont réaffirmé leur engagement en ce sens.

L’objectif à atteindre est d’au moins 14 milliards de dollars, pour continuer à soutenir plus de 140 pays dans leurs efforts de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, et dans le renforcement de leurs systèmes de santé publics et communautaires.

Aussi, j’en appelle à la pleine mobilisation de tous, acteurs publics comme privés, pour faire de cet évènement une réussite collective, à la hauteur des enjeux qui nous obligent. Cette approche globale, multilatérale, que porte notre pays, est la meilleure manière de promouvoir nos biens communs. La santé est l’un de ces biens communs, l’un des plus essentiels, mais aussi l’un des plus fragiles. Elle mérite donc l’attention de tous et l’engagement de chacun.

Je vous remercie.

publié le 20/05/2019

haut de la page