La santé des femmes, enfants et adolescents : un enjeu majeur pour le développement

72ème Assemblée Mondiale de la Santé

Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent (2016–2030)

Intervention commune de 22 Etats membres de l’OMS

Genève, 27 mai 2019

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

Je m’exprime au nom de la France et de l’Afrique du Sud, l’Australie, la Belgique, le Canada, l’Estonie, l’Espagne, la Finlande, l’Islande, le Guyana, la Lettonie, le Luxembourg, le Mexique, le Mozambique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Portugal, la Suède, le Royaume-Uni, la Tunisie et l’Uruguay.
Nous remercions l’OMS pour ce rapport, qui est, malgré les progrès accomplis, très inquiétant.

Les femmes, les enfants et les adolescents sont encore ceux laissés de côté dans l’accès aux services de santé essentiels et de qualité, et ceux qui sont particulièrement touchés par les abus et la violence, y compris la violence sexuelle et basée sur le genre. Si nous souhaitons atteindre les ODD et la Couverture Santé Universelle, nous devons accorder une attention particulière aux besoins de santé des femmes, des enfants et des adolescents.

La réalisation de leurs droits humains, y compris de leurs droits sexuels et reproductifs, est clé pour la santé et le bien-être des femmes et des adolescents.

Un accès inégal aux droits et à la santé sexuels et reproductifs, y compris l’accès à l’avortement sécurisé, risque de mettre en péril les progrès accomplis pour mettre fin à la mortalité maternelle et infantile évitable et compromet la santé des adolescents.

Nous soulignons en outre la nécessité d’un accès universel à des services de santé, à une information et à une éducation, de qualité et abordables, en santé sexuelle et reproductive, y compris à une éducation complète à la sexualité.

Un leadership politique est nécessaire pour protéger et satisfaire les besoins, la dignité et les droits des femmes, des enfants et des adolescents, tout en éliminant les normes sociales, basées sur le genre, culturelles et les obstacles structurels leur étant défavorables.

Nous exhortons l’OMS, et tous les États Membres et les autres partenaires concernés, à prendre des engagements audacieux pour améliorer la santé et les droits fondamentaux des femmes, des enfants et des adolescents.

Je vous remercie.

publié le 27/05/2019

haut de la page