La poliomyélite, une maladie évitable, pas une fatalité

A l’occasion de la journée mondiale de la polio, la France se félicite des progrès réalisés, tout en restant engagée pour aboutir à l’éradication de la maladie.

En 1988, alors que la poliomyélite paralysait chaque année plus de 350 000 enfants dans 125 pays du monde, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un programme d’éradication de la polio. Ce programme, auquel la France a contribué, a permis d’éviter la paralysie à 16 millions de personnes et de diminuer le nombre de cas de polio dans le monde de 40 par heure à moins de 10 par an.

La poliomyélite est une maladie qui touche principalement les enfants de moins de cinq ans. Dans un cas sur 200, elle entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner. La polio ne se traite pas, mais peut être évitée par la vaccination.

Aujourd’hui la polio de type sauvage reste endémique dans trois pays : Nigéria, Pakistan et Afghanistan. Cependant le nombre de cas recule incontestablement : 359 cas confirmés en 2014, 74 en 2015, 35 en 2016, 5 en 2017.

Si l’évolution vers l’éradication de la maladie est encourageante, il est toutefois impératif de poursuivre jusqu’à l’élimination du dernier cas pour éviter tout risque de résurgence. La France s’engage aux côtés de l’OMS pour appeler à éradiquer la maladie puis à poursuivre la surveillance et le suivi, afin de ne pas permettre sa réapparition. Tant qu’un seul enfant reste infecté, tous les autres, dans tous les pays, risquent de contracter la poliomyélite.

La France salue l’action de l’OMS, d’UNICEF et des autres acteurs participant aux campagnes de vaccination sur le terrain. La France soutient l’implication de GAVI, l’Alliance du vaccin qui, en rendant les vaccins financièrement accessibles aux Etats éligibles, a permis la vaccination de plus de 40 millions d’enfants contre la polio.

publié le 24/10/2017

haut de la page