La France est préoccupée par la situation des droits de l’Homme dans certains pays

La France est préoccupée par la situation des droits de l'Homme dans certains (...)

40ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue avec la Haute-Commissaire aux droits de l’Homme sous le point 2 de l’ordre du jour

Intervention de S.E. M. François Rivasseau, Ambassadeur, Représentant Permanent de la France auprès de l’ONU à Genève

Genève, 7 mars 2019

La version prononcée fait foi.

Madame la Haute-Commissaire,

La France sera toujours à vos côtés pour promouvoir les droits de l’Homme. C’est pour cela que nous sommes candidats au Conseil pour la période 2021-2023.

Comme vous l’avez souligné, plusieurs crises génèrent de graves violations des droits de l’Homme, comme en Syrie, au Yémen, en Birmanie, que j’aborderai sous point 4.

Nous sommes préoccupés de la situation politique et humanitaire au Venezuela, de l’usage disproportionné de la force par la police et des groupes armés, des arrestations arbitraires et des atteintes à la liberté d’expression. Nous appelons à une solution politique, via la tenue rapide d’élections présidentielles démocratiques, transparentes et crédibles.

Nous appelons le Nicaragua à mettre fin aux arrestations arbitraires et à l’usage excessif de la force. Nous déplorons l’expulsion des experts des mécanismes de la Commission interaméricaine des droits de l’Homme et appelons les autorités à sortir pacifiquement de la crise, via un dialogue national inclusif.

Dans plusieurs pays africains, le dialogue politique inclusif constitue la seule voie possible. Au Burundi, des gestes sont nécessaires du gouvernement envers l’opposition, les médias et la société civile. En République Démocratique du Congo, nous saluons le travail des experts internationaux dans la région des Kasaï.

La France est préoccupée par les violences persistantes dans les Territoires palestiniens et en Israël, en l’absence d’horizon politique et tandis que la colonisation se poursuit. Nous appelons à la retenue et allons examiner le travail de la Commission d’enquête sur les manifestations dans les Territoires palestiniens occupés. Les prisonniers palestiniens doivent être traités conformément aux conventions internationales.

Madame la Haute Commissaire,

Des événements tragiques récents nous rappellent la nécessité de protéger les journalistes et les défenseurs des droits de l’Homme. De même, nous appelons le Conseil à agir pour les droits des femmes et des filles, et ceux des LGBTI. Enfin, nous devons poursuivre le combat pour l’abolition universelle de la peine de mort.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 24 juillet 2019
Retour en haut