La France donnera au moins 10 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires au Yémen

Conférence des donateurs pour le Yémen

Intervention de la France

Genève, 26 février 2019

La version prononcée fait foi.

M. le Secrétaire général,
Madame la Présidente, Madame la ministre,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Je remercie la Suède, la Suisse, et les Nations Unies pour l’organisation de cet évènement. Je remercie tout particulièrement le Secrétaire général, M. Antonio Guterres, pour son engagement personnel afin de mobiliser une nouvelle fois la communauté internationale face aux dramatiques conséquences humanitaires du conflit au Yémen.

Je tiens à cet égard à saluer le travail remarquable de tous les partenaires humanitaires, officiels ou non-gouvernementaux, pour venir en aide, dans des conditions très difficiles, aux populations touchées par une crise humanitaire d’une ampleur sans équivalent.

Les pourparlers de Stockholm, puis l’adoption par le Conseil de Sécurité de deux résolutions, ont redonné un espoir de solution au conflit, qui doit encore se traduire concrètement sur le terrain. Je salue à cet égard l’accord récemment trouvé entre les parties sur la première phase du redéploiement des forces en insistant sur la nécessité d’une mise en œuvre au plus vite. La France, comme elle l’a fait systématiquement depuis le début du conflit, appelle les parties à maintenir leur engagement avec l’Envoyé Spécial, Martin Griffiths, en adoptant un rôle responsable et constructif.

L’espoir de progrès à Hudeida ne doit pas nous faire oublier que la situation humanitaire demeure extrêmement préoccupante dans la ville elle-même et dans toute la province, et qu’elle continue de se dégrader presque partout ailleurs dans le pays. Cette crise humanitaire majeure appelle une mobilisation renouvelée de la communauté internationale.

Dans ce contexte, la question de l’accès humanitaire continue à se poser. Tout doit être fait pour assurer aux opérateurs et aux personnels un accès et un acheminement immédiats, sûrs et sans entraves. L’accès aux meuneries de la mer Rouge aujourd’hui, tout comme l’ouverture d’un corridor humanitaire à Hodeïda demain, constituent des priorités absolues.

Parallèlement, la dégradation de l’économie yéménite et le risque toujours présent, en dépit des efforts déployés, d’une dépréciation de la monnaie nationale, ont de fortes répercussions sur la situation humanitaire. Il est ainsi urgent que les salaires soient rapidement versés aux fonctionnaires yéménites dans l’ensemble du pays.

Il est également fondamental que le droit international humanitaire soit pleinement respecté et que les populations civiles, y compris les personnels humanitaires et médicaux, soient protégées.

Au-delà de son engagement politique, la France prend part financièrement à la réponse humanitaire. Ainsi, elle a salué et soutenu financièrement la mise en place récente par le PNUD du Fonds de soutien à la Paix pour accompagner les efforts de l’Envoyé spécial. A titre bilatéral, elle apporte son appui, entre autres, au Comité international de la Croix-Rouge et aux ONG. A cet égard, permettez-moi de saluer ici l’engagement remarquable des acteurs humanitaires, souvent au risque de leur vie.

Afin d’accompagner cet effort, la France apportera une contribution, en progression sensible pour 2019, qui s’élèvera a minima à 10 millions de dollars.

Je vous remercie.

publié le 26/02/2019

haut de la page