L’engagement de la France aux côtés de l’OMS

71ème Assemblée mondiale de la santé

Intervention de Madame Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Genève, le lundi 21 mai 2018

La version prononcée fait foi.

Monsieur le directeur général,

Mesdames et messieurs les ministres et délégués,

C’est un privilège pour moi de m’exprimer devant vous aujourd’hui.
L’OMS a célébré ses 70 ans ce matin. Je vous félicite, M. le Directeur général, ainsi que l’ensemble de vos collaborateurs, pour ce bel anniversaire. La France a été présente aux côtés de l’OMS pendant toutes ces années et nous nous réjouissons de poursuivre cette collaboration fructueuse.

L’OMS s’engage aujourd’hui pour la santé dans le monde avec beaucoup d’ambition, avec un nouveau programme général de travail qui va conduire à une rénovation de l’organisation, axée sur l’efficience et la mesure d’impact. L’objectif du triple milliard - un milliard de personnes supplémentaires protégées des épidémies, un milliard ayant une couverture santé et un milliard dont la santé sera améliorée - constitue une étape importante pour la réalisation des objectifs de développement durable. Il demandera dans le même temps une grande vigilance, afin qu’il soit véritablement source d’une plus grande équité.

Il est crucial de mettre en œuvre une stratégie collaborative pour que les sujets de santé mondiale puissent être portés efficacement. La France est favorable en ce sens à un rôle accru des partenariats, notamment avec les acteurs non étatiques, pour que les sujets de santé mondiale puissent être portés, partagés et non mis en compétition.

La Couverture santé universelle est l’un de ces sujets partagés pour lesquels nous devons concentrer nos efforts. Elle est une cible de l’Agenda 2030 que tous les représentants des États ici présents, se sont engagés à atteindre.

La France a reçu votre appel, M. le Directeur général, pour que nous prenions des engagements dans la mise en œuvre de la couverture santé universelle. Nous soutenons le rôle crucial de l’OMS pour renforcer son rôle de coordinateur en la matière.

La Sécurité sociale, déployée depuis 1945, est la façon dont, en France, nous avons mis en œuvre la couverture santé universelle. Elle constitue un socle fondamental de notre cohésion sociale et nationale. Elle est véritablement au cœur de notre système de santé.
La réalité de la prise en charge effective de chacun n’est jamais gagnée et nous devons sans cesse y travailler, revoir nos pratiques et nos dispositifs pour que la personne reste au cœur de nos préoccupations.

C’est à cet effet que je me suis donné plusieurs buts à atteindre :
-  Le premier est de porter une politique active de prévention qui cible les inégalités – notamment entre hommes et femmes et entre groupes sociaux. Mon souhait est de renforcer les interventions en santé le plus tôt possible et tout au long de la vie des personnes. Le tabac notamment est un facteur de risque important contre lequel je suis particulièrement déterminée à lutter, pour que la prochaine génération soit une génération sans tabac.
La promotion de la santé doit aussi cibler également les jeunes. C’est pourquoi j’ai demandé à ce que les étudiants qui seront les futurs professionnels de la santé en France passent du temps à relayer auprès d’autres jeunes les messages de santé, et soient nos ambassadeurs dans les écoles.

-  Mon deuxième objectif est de parvenir à un "reste à charge zéro" pour les assurés sociaux de mon pays, pour les dépenses de santé dans les secteurs de l’optique, des audioprothèses et du dentaire. Il est important que les personnes qui en ont besoin ne renoncent pas à ces soins.

-  Mon troisième objectif est de garantir un égal accès aux soins sur l’ensemble du territoire français. Il existe des disparités entre nos régions. Il faut assurer une présence soignante adéquate partout et au moment opportun. Pour cela, je dois renforcer l’offre de soins de premier recours, mettre en œuvre la révolution numérique et assurer une présence soignante pérenne et continue.

La France s’engage aux côtés de l’OMS sur ces enjeux prioritaires de santé et s’emploie activement dans le monde pour soutenir le renforcement des systèmes de santé et la mise en place de la CSU. Je ne donnerai que quelques exemples.

Au niveau bilatéral, l’Agence française de développement gère notamment depuis 2013 l’Initiative Solidarité Santé Sahel d’une valeur de 30 millions d’euros qui vise à promouvoir l’accès aux soins pour les enfants de moins de cinq ans dans quatre pays du Sahel.

La France accompagne aussi les partenariats internationaux en santé et y contribue, au travers du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme auquel elle a versé 4,5 Milliards de dollars depuis sa création, en participant à l’initiative GAVI auprès de laquelle la France a 465 Millions d’euros d’engagements prévus sur la période 2016-2020 ainsi qu’à UNITAID auquel la France a versé plus d’un milliard d’euros depuis sa création en 2006.

C’est fort de ce contexte que le président de la République, Emmanuel Macron, a décidé que nous accueillerons la sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial en 2019.

Monsieur le Directeur général, ma présence aujourd‘hui confirme l’engagement de la France, de même que mon engagement personnel aux côtés de l’OMS et en faveur de l’universalité de la couverture santé.

Je vous remercie et vous souhaite, Monsieur le Directeur général, la réussite dans cet objectif, qui est le nôtre./.

publié le 23/05/2018

haut de la page