Journée mondiale de lutte contre le paludisme

Alors que la mortalité liée au paludisme avait marqué un recul de 60 % entre 2000 et 2015, permettant d’éviter le décès de sept millions de personnes, l’Organisation mondiale de la santé alerte sur la stagnation des progrès dans la lutte contre cette pandémie.

En 2016, on dénombrait 216 millions de cas de paludisme, soit 5 millions de cas supplémentaires par rapport à 2015 - ayant causé 445 000 décès, dont 91 % survenus en Afrique.

Conformément à ses engagements en faveur des objectifs du développement durable, la France agit concrètement contre le paludisme.
Notre pays est le deuxième contributeur au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Avec plus de 9,1 milliards de dollars investis dans des programmes de lutte contre le paludisme depuis 2002 dans plus de 100 pays, celui-ci a permis la distribution de 795 millions de moustiquaires imprégnées et le traitement de 668 millions de cas, réduisant ainsi de 50 % le nombre de décès dans les pays d’intervention.

La France est également membre fondateur et premier bailleur d’Unitaid, qui consacre 225 millions de dollars à des actions de prévention, de diagnostic et de traitement contre le paludisme. L’organisation a notamment investi 68 millions de dollars dans un projet visant à évaluer l’efficacité chez les enfants de moins de cinq ans d’un traitement préventif administré pendant la saison des pluies. Entre 2015 et 2017, ce projet a permis d’éviter 10 millions de cas et 60 000 décès. Avec une couverture maximale de ce traitement préventif, ce sont 18 millions de cas de paludisme qui pourraient être évités d’ici 2022, sauvant ainsi plus de 100 000 vies.

Enfin, à travers l’Initiative "5%" de renforcement de capacités des pays francophones en appui aux subventions du Fonds mondial, mise en œuvre depuis 2011 par l’opérateur du ministère de l’Europe et des affaires étrangères Expertise France, la France a également engagé plus de 14 millions d’euros via des missions d’assistance technique, des projets de long terme et le financement de projets de recherche opérationnelle.

L’Agence française de développement, l’industrie pharmaceutique, la société civile et la recherche participent également à la mobilisation de notre pays.

publié le 25/04/2018

haut de la page