Intervention de la France - Assemblée mondiale de la santé

70ème Assemblée mondiale de la santé

Intervention de Mme Elisabeth Laurin

Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies à Genève

Lundi 22 mai 2017 – Genève

La version prononcée fait foi.

Madame la Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé,
Mesdames et messieurs les ministres et délégués,

La France salue les efforts inlassables de Mme le Docteur Chan pour assurer à l’OMS le rôle central qui doit être le sien dans la gouvernance de la santé mondiale.
Alors que nous allons élire un nouveau Directeur général ou une nouvelle Directrice Générale, donnons-nous les moyens de notre ambition – c’est le thème de l’AMS - : « Mettre en place de meilleurs systèmes pour la santé à l’ère du développement durable ».

Pour la France, ceci renvoie à un triple défi :

Œuvrer pour une OMS forte, capable de prévenir et de répondre efficacement aux crises.

La France soutient avec force le rôle central de l’OMS en matière de sécurité sanitaire. La France se réjouit des progrès du Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire. Nous devons soutenir et accompagner sa mise en place et son succès. Nous devons aussi renouveler notre engagement en vue de l’application effective du Règlement sanitaire international (RSI).

La France appelle l’OMS à accompagner les Etats, dans l’évaluation et le renforcement de leurs capacités de surveillance, de préparation et de réponse aux crises sanitaires. En 2017, la France a confirmé son engagement envers le Bureau OMS de Lyon, en charge de la préparation des pays dans le cadre du RSI.

Travailler ensemble au renforcement des systèmes de santé afin d’atteindre la couverture santé universelle (CSU).

La France prône, avec l’OMS, une approche renouvelée du renforcement des systèmes de santé, basée sur la promotion des soins de santé primaires et de prévention, centrés sur la personne, et intégrés.

La France encourage les différents partenariats multilatéraux auxquels elle contribue à renforcer les systèmes de santé des pays bénéficiaires.

Il est essentiel de coordonner les différentes initiatives et les différents acteurs. Je salue en ce sens l’initiative du nouveau Partenariat international de la santé pour la Couverture Sociale Universelle 2030, dont la France est membre.

Droit à la santé pour tous ainsi que l’équité dans l’accès à des soins de qualité sont des valeurs essentielles. Un système de santé résilient et efficace s’appuie sur des ressources humaines bien formées, en nombre suffisant et de qualité.

La France appelle l’Assemblée à adopter le Plan de mise en œuvre des Recommandations de la Commission du Secrétaire Général des Nations unies sur l’Emploi en santé et la Croissance économique, exemple remarquable de coopération intersectorielle et inter agences.

Dernier point d’importance fondamentale : lutter efficacement contre les maladies transmissibles et non transmissibles, de manière intégrée et en intensifiant la prévention.

Nous devons agir sur les déterminants de la santé, tant sociaux et économiques qu’environnementaux. La France a ainsi fait de la lutte antitabac une priorité nationale.
Nous devons lutter contre les maladies non transmissibles, première cause de mortalité dans le monde.

La chronicité des maladies entraîne l’accroissement continu de consommation de soins et de produits de santé. Elle menace la solvabilité de nos systèmes. Nous devons investir dans la prévention et la promotion de la santé, pour réduire les dépenses de traitement. Cela apparaît particulièrement nécessaire face à la résistance aux antimicrobiens, défi majeur dont s’est saisi la communauté internationale et auquel l’OMS accorde une vigilance constante.

La France fait sien l’engagement de la communauté internationale d’éliminer, d’ici 2030, les trois pandémies majeures. Je vous donne rendez-vous à Paris, en juillet prochain, pour la 9ème Conférence scientifique IAS sur le sida.

Madame la Présidente, la France demeure convaincue que le souci commun du bien-être individuel comme collectif guidera l’action de l’organisation que nous tous, avons, l’obligation d’affermir dans son rôle.

Je vous remercie./.

publié le 22/05/2017

haut de la page