Forum du Sommet mondial de la Société de l’information (SMSI)

Forum du Sommet mondial de la Société de l’information

* * * * * *

Intervention de M. Jacques Pellet, Représentant permanent adjoint de la France auprès de l’Office des Nations unies à Genève

* * * * * *

Genève — Mercredi 15 Mai 2013

* * * * * *

Excellences,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir pour moi de m’exprimer à cette session du Forum SMSI, et je suis ravi de partager avec vous quelques pistes pour élaborer une feuille de route pour l’après 2015.

Le développement exponentiel du numérique a généré de nombreux enjeux, auxquels les États doivent aujourd’hui répondre avec des politiques publiques adaptées.

1.[Accroître la coopération internationale pour répondre aux nouveaux enjeux du numérique]

La France est convaincue que l’enjeu stratégique de la mise en œuvre du SMSI reste le lien entre numérique et développement, tant en faveur de la croissance que du développement humain.

La déclaration finale du SMSI plaide pour le développement d’un Internet ouvert, respectant les mêmes droits et valeurs que ceux du monde réel, au service de la croissance, de l’innovation et de la démocratie.

Ces grands principes sont toujours actuels même si certaines cibles de l’agenda de Tunis apparaissent dépassées au regard de la formidable évolution des TIC et de l’internet depuis 2005.

Mesdames et Messieurs, l’essor du numérique réclame plus que jamais l’implication de tous ses acteurs : États et organisations internationales, société civile, chercheurs et secteur privé.

2.[Moderniser le cadre de la gouvernance mondiale d’Internet]

Vous le savez, la France soutient un modèle de gouvernance mondiale de l’internet dit multi-acteurs. C’est pour nous le modèle qui assure la flexibilité́ et la réactivité́ adaptées au développement de l’internet.

Néanmoins des améliorations peuvent encore y être apportées : plus de transparence et d’accessibilité des institutions chargées de la gestion de l’internet ou meilleure prise en compte de la voix des gouvernements.

Mesdames et Messieurs, c’est un modèle similaire que la France retient pour la question des TIC au service du développement.

3.[Un rôle pour chacun des acteurs du numérique au service du développement]

Dans notre monde connecté, l’innovation est d’abord locale et souvent privée. La France veut ainsi promouvoir les partenariats avec le secteur privé local qui a su concevoir les solutions technologiques les plus innovantes et les mieux adaptées aux problèmes de développement.

De leur côté, les acteurs institutionnels du développement doivent acquérir un « réflexe numérique » dans tous les domaines de coopération traditionnels ; le numérique ne peut plus être l’apanage des rares acteurs publics spécialistes des TIC.

En tant qu’État, notre rôle le plus important sera celui de réguler l’ensemble de ces actions de développement. C’est pourquoi la France poursuivra activement ses partenariats avec les PED en matière d’aide à la mise en place des politiques publiques pour le déploiement d’infrastructures TIC, de cadres réglementaires, de mesures de renforcement des capacités et de la confiance dans Internet.

Mesdames et Messieurs, la France mesure aussi les défis liés aux nouveaux usages des TIC qu’elle devra relever en tant qu’État.

4.[Les défis de notre future société de l’information]

Pour l’après 2015, une coopération internationale accrue sera nécessaire pour traiter les sujets liés à Internet. Avec l’essor des nouvelles technologies (l’informatique en nuage, les objets connectés, le big data) de nouveaux risques voient le jour et, avec eux, de nouveaux défis.

Les gouvernements devront poursuivre la réflexion sur la protection absolue des données privées, sur le développement de nouveaux usages (santé, transports, énergie) ainsi que d’une offre de contenus respectueux de la diversité.

Enfin je ne veux pas oublier de mentionner le rôle clé des TIC comme vecteurs d’un développement économique durable et respectueux de l’environnement.

Nous ne sommes qu’aux débuts d’une société de l’information qui promet encore de grandes évolutions et il est primordial que tous les citoyens du monde en bénéficient.

Je vous remercie de votre attention.

publié le 16/05/2013

haut de la page