Eliminer les violences à l’égard des enfants

37ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif groupé avec les Représentants spéciaux du Secrétaire Général pour la violence à l’encontre des enfants et les enfants en temps de conflit armé

Intervention de la France

Genève, le mardi 6 mars 2018

La version prononcée fait foi.

La France s’associe à la déclaration de l’UE.

Madame la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants,

Vous appelez à accélérer la mise en œuvre du Programme 2030 pour éliminer toutes les formes de violence à l’égard des enfants. La France est convaincue de cette nécessité.

La France est convaincue que les violences faites aux enfants ont des répercussions à long terme sur la société. L’adoption par la France en 2017 d’un plan interministériel de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants a montré qu’elle était fermement résolue à mettre fin à ces violences.

La France reconnaît par ailleurs l’importance d’encourager les Etats à adopter et appliquer des lois permettant de lutter contre les violences infligées aux enfants ; à développer des services de l’enfance de qualité ; à protéger les droits des enfants migrants et réfugiés ; et enfin à renforcer la protection des enfants contre la violence, le harcèlement et le cyber harcèlement à l’école.

Madame la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants dans les conflits armés,

Vous accordez une importance particulière à l’’association des organisations régionales et de la société civile à votre travail. C’est un élément important pour l’efficacité de l’action.

Onze ans après l’adoption des principes et engagements de Paris, la France réaffirme à vos côtés sa volonté de lutter contre le recrutement et l’utilisation d’enfants. Comme le montre votre rapport, l’association d’enfants à des forces armées, les attaques contre les écoles et les hôpitaux, ou le refus de l’accès humanitaire constituent autant de formes de violence contre les enfants.

Vous évoquez la réintégration des enfants, et notamment des filles, qui est cruciale pour assurer la viabilité à long terme de la paix et de la sécurité : quels moyens identifiez-vous pour permettre une telle réintégration ?

Je vous remercie./.

publié le 09/03/2018

haut de la page