Elimination de la discrimination à l’égard des femmes en Syrie

Le comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes a examiné, le 4 juillet 2014, le 2ème rapport périodique de la Syrie pour examiner le respect de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes.

Pour mémoire, ce comité est un organe composé de 23 experts indépendants chargé de suivre le respect de la Convention CEDAW par les Etats parties à cette Convention.

Le comité a fait part, à cette occasion, de sa consternation devant l’impact dévastateur du conflit sur la population civile, en particulier les femmes et les filles. Il a également marqué son inquiétude suite à des rapports concordants faisant état d’un recours aux bombardements aériens et aux barils d’explosifs et d’un refus de l’aide humanitaire. Le comité regrette en outre le manque de reconnaissance, par les autorités de Damas, de ses responsabilités au titre du droit international humanitaire et des droits de l’Homme.

A l’issue de cet examen, le comité a adopté le 18 juillet, un rapport dans lequel il formule plusieurs recommandations importantes à l’endroit du régime syrien, parmi lesquelles :

-  déclarer immédiatement un cessez-le-feu et lever tous les sièges.

-  Relancer les négociations de paix et garantir la participation des femmes au processus, notamment sous la forme de quotas. Permettre aux organisations de défense des droits des femmes de contribuer aux pourparlers de paix en tant qu’acteur indépendant, en instaurant par exemple un canal de communication entre les femmes syriennes et l’équipe de médiation.

-  Coopérer avec les Nations Unies et accorder un accès au territoire syrien à toutes les entités des Nations Unies, y compris le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, pour lui permettre de documenter et mesurer l’étendue et le champ des violations des droits de l’Homme commises à l’encontre des civils, y compris les femmes et les filles.

-  Prendre des mesures efficaces pour combattre l’impunité et poursuivre les auteurs des violations, qu’ils appartiennent au régime et aux milices affiliées ou bien aux groupes armés non-étatiques.

-  Autoriser l’inspection des centres de détention par des observateurs internationaux et indépendants et libérer toutes les militantes détenues arbitrairement, impliquées dans des actions pacifiques ou humanitaires.

-  Donner un accès rapide, sûr et sans entrave aux acteurs humanitaires sur la totalité du territoire syrien, dans le respect des résolutions 2139 et 2165 du Conseil de sécurité.

Le Comité appelle également les groupes armés d’opposition ayant signé la déclaration d’engagement sur le respect du droit international humanitaire et la facilitation de l’aide humanitaire à respecter leur engagement.

-  Prévenir les violences contre les femmes et les filles, y compris les violences sexuelles, leur exploitation et les mariages forcés.

-  Reconstruire rapidement les hôpitaux et les écoles et mettre fin aux attaques ciblant les professeurs et le personnel médical.

Vous pouvez consulter l’intégralité de ce rapport :

Word - 142.5 ko
Rapport CEDAW
(Word - 142.5 ko)

publié le 24/07/2014

haut de la page