Droits humains et terrorisme

Droits humains et terrorisme

43ème session du Conseil des droits de l’Homme

Dialogue interactif droits de l’homme et terrorisme

Intervention de la France

Genève, 4 mars 2020

La version prononcée fait foi.

Madame la Rapporteure Spéciale,

La France vous remercie pour votre rapport et rappelle son soutien à votre mandat.

Pour renforcer la prévention de la radicalisation et y apporter une réponse efficace et durable, la France s’est dotée d’un plan national dédié.

La jeunesse est particulièrement vulnérable et constitue l’une des priorités de ce plan qui met en place des dispositifs dans les écoles afin de former les élèves à l’esprit critique et à lutter contre les fausses informations.

Les ressorts du processus de radicalisation peuvent être d’ordre psychologique, politique ou social. Une stratégie nationale d’évaluation et de prise en charge de la radicalisation, fondée sur un cadre juridique renouvelé, est mise en œuvre en détention.

La radicalisation trouve aussi en Internet un vecteur propice. La France entend continuer à sensibiliser les opérateurs et les entreprises de l’Internet à leurs responsabilités dans ce domaine. Tel est l’objectif de l’Appel de Christchurch lancé en mai 2019 à Paris par le Président Emmanuel Macron et la Première Ministre néo-zélandaise. Toute action dans ce domaine doit respecter les principes d’un Internet libre, ouvert et sûr et ne pas compromettre les droits de l’Homme, y compris la liberté d’expression.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 18 mars 2020
Retour en haut