Droits de l’Homme, migrations et déplacés climatiques

Réunion-débat intersession du Conseil des droits de l’Homme sur droits de l’Homme, changement climatique, migrants et personnes déplacées

Intervention de la France

Genève, le vendredi 6 septembre 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Nous sommes engagés collectivement dans l’élaboration du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Plus de 25 millions de personnes quittent chaque année leurs foyers, en raison de catastrophes naturelles, dont beaucoup sont liées au dérèglement climatique.
Nous devons trouver des remèdes immédiats à ce défi ; nous devons aussi nous attaquer à ses causes profondes.

La première urgence, c’est donc de mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat. Et le temps presse : plus nous tarderons, plus nous aurons de peine à combattre ce fléau ; et plus il sera coûteux d’y remédier.

Nous devons aussi veiller à protéger les droits de tous les migrants, quel que soit leur statut.

Les premières victimes des changements climatiques, les premières victimes des catastrophes naturelles ce sont les personnes les plus vulnérables et les plus démunies.

Nous soutenons, dans ce contexte, l’Agenda pour la protection adoptée en octobre 2015 dans le cadre de l’initiative Nansen ; et nous sommes engagés dans sa mise en œuvre dans le cadre de la Plateforme sur les déplacements liés aux catastrophes.

Nous appuyons aussi, depuis son lancement, l’initiative CREWS, qui a pour but de renforcer les systèmes d’alerte précoce pour les pays les plus vulnérables aux risques climatiques.

Enfin, nous pensons que le temps est venu de clarifier et de renforcer le droit international de l’environnement. Le Président de la république française a proposé à New York en septembre dernier un « Pacte mondial pour l’environnement » ; ce projet recueille déjà de nombreux appuis et suscite, à juste titre, beaucoup d’attentes ; je suis convaincu qu’il contribuera beaucoup à changer la donne environnementale mondiale.

Pour conclure, je souhaiterais recueillir l’avis des panélistes sur la façon dont tous ces efforts peuvent se traduire concrètement dans le futur Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Je vous remercie./.

publié le 06/10/2017

haut de la page