25ème session de l’Examen Périodique Universel

La France participe au groupe de travail du Conseil des droits de l’Homme sur l’examen périodique universel qui se réunit du 2 au 13 mai 2016, à Genève.

JPEG

A l’occasion de cette 25ème session, le groupe de travail examine la situation des droits de l’Homme dans 14 États. Il s’agit, dans l’ordre d’examen, de Suriname, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, de Samoa, de la Grèce, du Soudan, de la Hongrie, de la Papouasie-Nouvelle Guinée, du Tadjikistan, de la République Unie de Tanzanie, d’Antigua-et-Barbuda, du Swaziland, de Trinidad-et-Tobago, de la Thaïlande et de l’Irlande.

L’examen périodique universel (EPU) est une procédure du Conseil des droits de l’Homme qui prévoit, depuis 2008, une analyse automatique par les pairs, tous les 4 ans et demi, de la situation des droits de l’Homme de chaque État membre des Nations unies.

L’examen est effectué à la lumière des obligations internationales de l’État concerné, sur la base des informations fournies par cet État, par la société civile (ONG, Institutions nationales des droits de l’Homme) et par les mécanismes d’expertise onusiens comme les organes de suivi des traités.

Dans le cadre de cet examen, les États formulent des recommandations à chaque État examiné qui a la possibilité d’accepter ou de refuser ces recommandations.

Le passage de chaque État à l’examen périodique universel représente donc un exercice important qui permet à chaque pays de voir sa situation des droits de l’Homme examinée par ses pairs, de mesurer les progrès accomplis depuis son 1er passage au titre de l’EPU et d’identifier les défis qui restent à surmonter pour assurer le plein respect des droits de l’Homme.

Retrouvez sur notre site les recommandations formulées par la France à chacun des États examinés au titre de cette session du groupe de travail de l’EPU

publié le 02/05/2016

haut de la page