Diplomatie et Santé - Déclaration des Ministres de la santé

L’initiative Diplomatie & Santé a été lancée à New-York en septembre 2006 par les ministres des Affaires étrangères de la Norvège et de la France, avec la participation du Brésil, de l’Afrique du Sud, de l’Indonésie, du Sénégal et de la Thaïlande.

L’objectif partagé par les Etats membres de l’initiative est d’accroitre l’attention accordée à la santé dans le domaine de la politique étrangère.


Le communiqué joint met l’accent sur les points suivants :

1) Les Ministres de la santé de l’initiative ont réaffirmé le rôle central de l’OMS comme autorité et instance de coordination dans le domaine de la santé à l’échelle internationale,

2) Ils se sont consultés sur les thèmes à l’ordre du jour de l’AMS et sur la réforme de l’organisation,

3) ils ont confirmé leur engagement dans l’initiative Diplomatie et santé et placer celui-ci dans le contexte de la mise en œuvre de objectifs du millénaire,

4) Ils sont convenus de promouvoir et de poursuivre leurs consultations sur le thème de la couverture universelle du risque maladie.

* * * * * *

Communiqué ministériel


Initiative Politique étrangère et Santé mondiale

Ministerial Communiqué in English

Les Ministres de la Santé de l’Initiative « Politique étrangère et Santé mondiale » (FPGH) rassemblant l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Indonésie, la Norvège, le Sénégal, la Thaïlande et la France, ou leurs représentants, se sont réunis ce jour, en marge de la 65ème Assemblée mondiale de la Santé. Ils ont reconnu le rôle de l’OMS en tant qu’autorité directrice et coordinatrice en matière de santé mondiale et ont appelé à accorder une priorité stratégique accrue à la santé dans l’agenda international.

Les ministres ont félicité le Dr Chan pour sa nomination à un deuxième mandat en tant que Directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé et ont exprimé leur reconnaissance pour l’engagement et l’initiative dont elle a fait preuve à la tête de l’Organisation, et pour l’attention qu’elle a accordée à l’Initiative depuis sa création.

Les ministres se sont engagés à accélérer les efforts individuels et collectifs en vue de parvenir à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) liés à la santé, en particulier ceux qui visent à réduire la mortalité infantile (OMD4), à améliorer la santé maternelle (OMD5) et à lutter contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme (OMD6). Les recommandations de la Commission de l’information et de la redevabilité pour la santé de la femme et de l’enfant en ce qui concerne les arrangements institutionnels visant à renforcer les processus de redevabilité nationaux et mondiaux, tant en ce qui concerne les ressources que le suivi des résultats, contribuent à renforcer notre action en la matière.

Les ministres ont exprimé leur détermination à prendre part aux débats sur les objectifs de développement au-delà de 2015 dans le cadre de l’Assemblée mondiale de la santé et ont souligné qu’en dépit des progrès réalisés dans certains domaines, des efforts supplémentaires s’imposaient pour éradiquer l’extrême pauvreté, la faim, la mortalité maternelle et infantile, ainsi que pour lutter contre les maladies transmissibles. En même temps, de nouveaux défis mondiaux tels que les conséquences du changement climatique, les catastrophes naturelles, les conflits, les migrations, les crises financières et les maladies non transmissibles qui toucheront tous les pays, indépendamment de leur stade de développement, doivent être relevés. Les résultats en matière de santé sont étroitement liés à la sécurité alimentaire, la nutrition, l’énergie, la qualité de l’air et l’eau salubre et doivent être examinés dans ce contexte.

Les ministres ont salué le soutien mondial croissant apporté à la couverture universelle, outil essentiel pour parvenir à des résultats plus équitables en matière de santé ainsi qu’au développement durable. A cet égard, ils ont rappelé qu’ils étaient disposés à appuyer le débat sur la couverture universelle lors d’une prochaine session de l’Assemblée générale des Nations Unies, conformément à la résolution WHA64.9.

La Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé, adoptée par la Conférence de l’OMS sur les déterminants sociaux de la santé en octobre 2011, de même que la Déclaration de Bangkok sur la couverture universelle, adoptée en janvier 2012 et la Déclaration politique de Mexico sur la couverture universelle, adoptée en avril 2012, entre autres initiatives et documents intergouvernementaux, ont dégagé une entente commune sur la nécessité d’une approche globale et intersectorielle visant à assurer la concrétisation progressive de la jouissance du meilleur état de santé possible.

La Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20 (CNUDD) offre à la communauté internationale une occasion précieuse de réaffirmer le lien direct entre la santé et les trois piliers du développement durable, recouvrant ses dimensions sociales, économiques et environnementales, mais aussi de souligner l’utilité de la couverture universelle pour parvenir au développement durable. Nous devons garder à l’esprit que l’accès universel à des services sanitaires de qualité, notamment à la prévention, aux soins et aux traitements ainsi qu’aux produits médicaux, sans risquer un appauvrissement dû aux versements directs effectués par l’usager, constitue une condition nécessaire pour réaliser un développement socio-économique durable et équitable. La reconnaissance de l’importance d’un socle de protection sociale conçu à l’échelle nationale, ainsi que de systèmes de santé résilients et adaptés, constitue donc une condition essentielle pour le pilier social du développement durable.

Les ministres ont accueilli avec intérêt le rapport du Groupe de travail consultatif d’experts sur le financement et la coordination de la recherche-développement : « Recherche et développement pour répondre aux besoins sanitaires dans les pays en développement : renforcer le financement et la coordination à l’échelle mondiale ». Ils ont fait part de leur intention d’examiner ses recommandations de façon objective et de définir la meilleure voie à suivre.

Les ministres ont souligné l’importance de la mise en œuvre du Cadre de préparation en cas de grippe pandémique pour l’échange de virus grippaux, l’accès aux vaccins et autres avantages et exprimé leurs attentes afin que le Cadre apporte une réponse plus coordonnée, plus globale et plus équitable lors de future pandémies.

Les ministres ont reconnu qu’il était nécessaire de recueillir davantage d’éléments sur les incidences de la politique étrangère sur la santé. Ils se sont félicités du projet en collaboration de la Commission académique indépendante sur la gouvernance mondiale de la santé, actuellement mené par des chercheurs issus d’institutions universitaires des sept pays, qui vise à sensibiliser à la fois sur les possibilités et les limites des processus actuels de gouvernance mondiale de la santé face aux menaces sanitaires mondiales.

La 65ème Assemblée mondiale de la santé constituera une étape importante du processus de réforme de l’OMS. Les ministres ont reconnu la nécessité de renforcer cette organisation, sa transparence et sa responsabilisation, afin de fournir des recommandations reposant sur des bases factuelles orientant la prise de décision, et de remplir son mandat constitutionnel dans l’intérêt de tous les Etats membres. Les ministres ont également souligné que le processus de réforme et sa mise en œuvre devraient être pleinement transparents et ouverts. Les ministres se sont accordés à reconnaître que la réforme devrait avoir pour but de consolider l’OMS en tant qu’autorité de référence en matière de santé mondiale, parfaitement prête et apte à faire face à l’évolution des enjeux efficacement.

JPEG
Les Ministres de la Santé de l’Initiative « Politique étrangère et Santé mondiale » (FPGH) rassemblant l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Indonésie, la Norvège, le Sénégal, la Thaïlande et la France, ou leurs représentants, réunis à la Résidence de l’Ambassadeur de France le mardi 22 mai 2012.

publié le 15/02/2016

haut de la page