Dialogue sur les violences contre les enfants et le sort des enfants dans les conflits armés

Dialogue sur les violences contre les enfants et le sort des enfants dans (...)

40ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif groupé sur les violences contre les enfants et le sort des enfants dans les conflits armés

Intervention de la France

Genève, 5 mars 2019

La version prononcée fait foi.

Madame la Rapporteure Spéciale sur les violences contre les enfants,

La France vous remercie pour votre rapport qui met en exergue les progrès en termes de prévention et d’élimination de toutes les formes de violence dont les enfants peuvent être la cible.

En tant qu’Etat partie de la Convention relative aux droits de l’enfant, la France est particulièrement engagée dans leur protection et entend bien œuvrer à la mise en application la plus absolue de ceux-ci.

Votre rapport insiste sur les formes de violence dont peuvent être victimes les enfants et rappelle la nécessité de renforcer les mécanismes de prévention au travers, par exemple, la mise en application du Programme des Objectifs de Développement Durable 2030. L’insistance qui est faite sur la participation active des enfants aux débats permet également de les placer au cœur des processus de décision, et la France se réjouit de cette initiative.

A titre national, la France a mis en place un plan 2017-2019 interministériel de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants qui propose des actions visant à sensibiliser, responsabiliser et mobiliser chaque citoyen en matière de prévention et de repérage des violences.

Quelles mesures ou quels mécanismes peuvent-être mis en place pour faciliter le dialogue entre les enfants et les instances publiques et décisionnelles ?

Madame la Représentante Spéciale,

La France vous remercie pour votre rapport et de vos recommandations visant à prévenir et mettre un terme aux violations graves commises contre les enfants.
En cette année commémorant le 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, la France ne peut que s’inquiéter de leur vulnérabilité croissante du fait de la multiplication des conflits : meurtre ou mutilation d’enfants, recrutement ou emploi d’enfants soldats, violences sexuelles commises contre des enfants, attaques dirigées contre des écoles ou des hôpitaux, déni d’accès humanitaire aux enfants, enlèvements d’enfants. C’est pourquoi nous appelons de manière constante à l’adoption des textes permettant de mieux les protéger : le Second Protocole de la Convention, les Principes de Paris, les Principes de Vancouver et la Déclaration SafeSchool.

Madame la Représentante Spéciale, nous savons combien les visites de terrain et le dialogue avec les parties sont essentiels pour améliorer le sort des enfants affectés par les conflits armés : quelles sont les visites de terrain que vous envisagez dans les prochains mois ?

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le : 24 juillet 2019
Retour en haut